Marchés

Barbie, la poupée qui fait encore et toujours le (bad) buzz

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Bientôt Noël avec ses rituels cadeaux, sapin, réveillon et… "bad buzz" sur le jouet. Et c’est encore Barbie qui trinque avec, cette fois, l’avènement médiatique de Lammily, une poupée "normale" qui se présente comme l’anti-Barbie. Vraiment ?

Barbie (Mattel) face à Lammily, la poupée présentée par son créateur Nickolay Lamm comme l'anti-Barbie, reprennant les mensurations d'une Américaine moyenne de 19 ans.
Barbie (Mattel) face à Lammily, la poupée présentée par son créateur Nickolay Lamm comme l'anti-Barbie, reprennant les mensurations d'une Américaine moyenne de 19 ans.© Mattel, © Lammily

La rédaction vous conseille

Barbie bashing ! Dure saison que l’approche de Noël pour la blonde égérie de Mattel. La semaine dernière, la poupée a fait l’objet de deux "bad buzz". Le premier concernait le tollé créé aux Etats-Unis par l’écrivaine et maman Pamela Ribon consternée par un récent livre sous licence Barbie intitulé "Barbie: je peux être une ingénieure informatique". Las, en fait de codes informatiques, ce sont plutôt les codes sociaux d’un temps ancien qui ont déplu : dans l’histoire, Barbie se montre peu compétente au clavier et à la souris, devant toujours solliciter l’aide de Steve et Brian pour réussir à faire le boulot.

Extrait du livre Barbie : je peux être une ingénieure informatique

Devant la levée de boucliers, le livre a été prestement retiré de la vente sur Amazon et Lori Panta, vice-présidente marketing de Mattel a présenté ses plus plates excuses, promettant que désormais "toutes les histoires de Barbie à venir mettront en scène des Barbies qui ne se laisseront pas faire. Nous pensons que les petites filles devraient être encouragées, qu’elles sachent que rien n’est impossible, qu’elles vivent dans un monde sans limite pour elles". Fin de l’histoire ?

Barbie vs Lammily : Rêve ou réalité ?

Pas du tout : dès le lendemain, un nouveau buzz commence avec Lammily, présentée comme la poupée "anti-Barbie". Loin des mensurations trop parfaites du mannequin de Mattel, Lammily a été imaginée en 2013 par Nickolay Lamm et reprend les dimensions moyennes des Américaines de 19 ans. Mieux, on peut même lui rajouter via des stickers de l’acné, des vergetures et des cicatrices tandis que sa garde-robe, loin des robes scintillantes de Barbie, reprend plutôt les classiques de toutes femmes normalement constituées avec jeans et baskets. Le projet, mis sur une plateforme de financement participatif, a recueilli en un an 207 000$ pour commercialiser la poupée, que l’on peut acquérir pour 25$ uniquement sur le site américain de la marque .

Reste à savoir si cette "Barbie normale" réussira à trouver son public, c’est-à-dire les fillettes âgées de 4 à 7 ans, cœur de cible des poupées mannequins au très fort pouvoir de prescription. Or, il est fort à parier qu’entre la jolie Barbie et la banale Lammily, le choix des fillettes sera des plus conservateurs : peu importe les mensurations pourvu que la poupée et sa robe soient belles ! Pour preuve, les stars des poupées mannequins cette année sont Anna et Elsa, les deux héroïnes de La Reine des Neiges (Disney) fabriquées par… Mattel !

Du mauvais buzz devenu traditionnel

Jusqu'à l'an dernier leader mondial (et français) du jouet désormais passé second derrière Lego, Mattel a une certaine habitude des "bad buzz" à la veille du réveillon. L’an dernier déjà, Barbie avait défrayé la chronique avec l’opération "Barbie Ouvrière" orchestrée par l’association Peuples Solidaires visant à dénoncer les conditions de travail des ouvriers chinois dans les usines de Mattel.

Durant l’été précédent, les féministes Femen avaient brûlé une poupée devant la maison grandeur nature Barbie Dream House installée par Mattel à Berlin… tandis qu’à Noël 2012, c’était l’annonce de la sortie d’une fumeuse « Barbie Drag Queen » qui avait enflammé la Toile. En fait, il s’agissait simplement d’une Barbie habillée par un grand couturier – en l’occurrence par Philippe Blond qui revendique, lui, une garde-robe très féminine – comme Mattel en sort régulièrement.

Les buzz passent… Barbie reste !

La vidéo de l'action des Femen à Berlin :

 

La Barbie, habillée par les stylistes David et Philippe Blond :

 

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l'actualité des acteurs et les innovations produits de l'univers des 0-14 ans.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA