Baromètre des achats multicanaux CSA/Fullsix/LSA : les catégories parfums et cosmétiques penchent pour les magasins

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Comment les Français préparent-ils leurs achats et comment concilient-ils le digital et le physique ? CSA et Fullsix ont lancé avec LSA un baromètre exclusif sur l’influence du digital dans les achats des Français sur dix secteurs de la grande consommation. Pour cette deuxième vague, gros plan sur les catégories parfum et cosmétique.

Beauté internet
Beauté internet© Fotolia/ronstik

Après la high-tech, le baromètre des achats multicanaux CSA/Fullsix/LSA* s’intéresse aux catégories parfum et cosmétique. Premier enseignement : on note un certain équilibre dans les comportements ROPO (Research Online Purchase Offline) des consommateurs. "Ce secteur révèle une mixité importante des canaux d’achat : près d’un acheteur sur trois réalise en effet à la fois ses achats en magasin et via Internet", précise l’étude. Pour autant, le baromètre met en avant un comportement très spécifique au secteur : les acheteurs penchent légèrement du côté de l’achat en magasin. "Les catégories parfum et cosmétique sont des catégories éminemment émotionnelles et sensorielles où la notion d’expérience consommateur est fondamentale. C’est pour cela que le magasin reste central car il permet activation des sens et conseil, socles essentiels pour une expérience shopper réussie". Ainsi, l’étude souligne "des visiteurs un peu plus offline que online, motivés avant tout par un achat".

De très bons taux de transformation après une visite web

Le online est en revanche fortement utile pour s’inspirer, dénicher les nouveautés, rechercher avis et informations mais également comparer les prix. Notamment sur les parfums où le prix reste un driver clé. "Quand il s’agit de se renseigner ou de se tenir informé sur les nouveautés, parfums ou cosmétiques, les consommateurs se rendent autant en magasin que sur Internet, analyse Carine Marzolf, Directrice de département CSA Qualitative. En revanche, pour la réalisation d'un achat, le magasin reste fortement prépondérant : 59% des visiteurs en magasin s’y rendent dans l’optique effective d’un achat versus 41% seulement des visiteurs online. Cet achat en magasin est en outre, très largement planifié, notamment en comparaison du secteur Electro-Hifi, laissant peu de place à l’imprévu : 81% des achats réalisés par les visiteurs off line only sont des achats déclarés prévus". Par ailleurs, les visites web génèrent un très bon taux de transformation avec 30% des visiteurs online only qui convertissent leur visite en achat (c’est 10 points de plus que dans le secteur électro-hifi).

Coté enseignes, le baromètre  souligne la performance des enseignes classiques avec le leadership de Sephora en termes de visites (on et/ou off), mais avec un taux de conversion en achat bien inférieur à celui d’Yves Rocher. Nocibé clôture le podium.

Prochain marché décrypté par CSA pour LSA dans quelques semaines : le secteur de la maison.

L'infographie complète

L'expertCarine Tami-Marzolf, Directrice de département CSA Qualitative. Diplômée de l’Institut Français de Presse, 18 ans d’expérience dans les études qualitatives (Research International, Kantar TNS). Spécialiste en innovation et en co création Experte en Hygiène Beauté France et International
 

Le partenaire : CSA se définit comment l'institut de référence des études marketing et d’opinion depuis 40 ans. La société qui compte 130 collaborateurs apporte aux entreprises et institutions une compréhension fine des comportements des consommateurs pour appréhender leurs besoins, analyser leurs environnements, anticiper leurs évolutions et identifier les leviers d’engagement au profit d’une prise de décision éclairée. Multi-secteur, résolument tourné vers le croisement de la data sous toutes ses formes, CSA s’est spécialisé sur l’appréhension de l’expérience utilisateur, le forecasting et l’évaluation d’actions de communication. CSA, Consumer Science & Analytics, fait partie du groupe Havas depuis octobre 2015.

*6e édition de l’Observatoire du ROPO² (Research Online Purchase Offline, Research Offline Purchase Online) sur les parcours d’achat online et offline.

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA