baromètre mensuel

L'avis de lsa « Nous n'avons jamais vu cela depuis vingt ans », affirme Loïc Becquart, directeur des relations avec la distribution de ACNielsen France. En 2004, les ventes de produits de grande consommation dans les hypers et les supermarchés ont reculé de 0,7 %. « Il est clair que les mesures Sarkozy n'ont eu aucune conséquence favorable sur la consommation », poursuit cet expert. Le constat est encore plus inquiétant lorsque l'on compare ce résultat à ceux des années passées : + 5,8 % en 2001, + 4,2 % en 2002, et + 3,3 % en 2003. Une véritable dégringolade. Longtemps grands bénéficiaires de la loi Galland, les supermarchés sont aujourd'hui à la peine face à la concurrence du hard-discount, certes, mais aussi des hypermarchés et de leurs baisses de prix. Reste que quelques secteurs tirent bien leur épingle du jeu, à l'instar de l'épicerie sucrée (+ 2,1 %), du frais non laitier (+ 1,4 %) ou de l'hygiène-beauté (+ 0,6 %). Alors que d'autres peinent comme les produits papiers (- 2,9 %), en raison de l'attaque des premiers prix, ou les boissons sans alcools (- 4,5 %), à cause du contre-effet canicule. Sans oublier le petit secteur des surgelés sucrés, qui chute de 12,5 %. Enfin, les premiers prix continuent de progresser en part de marché (3,2%) au détriment des produits de marque. Quant au hard-discount, il devrait afficher, en 2004, une croissance de 10 à 12 % !

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1889

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Nos formations