Bauhaus affronte les Français sur leur marché

· La première unité française du troisième groupe allemand de bricolage s'est implantée à Metz. · Neuf autres projets devraient suivre d'ici à l'an 2000.

Jusqu'ici, les Allemands étaient connus en France pour être exclusivement des spécialistes du hard discount (Aldi et Lidl) ou du cash and carry (Metro). Mais il faudra désormais compter avec les spécialistes du bricolage. Le numéro trois du secteur outre-Rhin, Bauhaus, du nom du mouvement architectural de l'entre-deux-guerres, vient en effet d'inaugurer sa première unité dans la banlieue de Metz, à Borny, à proximité d'un centre commercial Cora. Le magasin, doté d'une surface de 11000 m2, dont 2000 affectés à la jardinerie, devrait être le premier d'une longue série. Les dirigeants de Bauhaus envisagent d'exploiter une dizaine de magasins en France d'ici l'an à 2000.

« Nous avons choisi Metz et la Lorraine, car c'est le meilleur emplacement pour un tel investissement, a déclaré lors de l'inauguration le président du groupe, Heintz Baus. Le choix, la qualité des produits, le service et les prix bas seront les gages de la prospérité. »

Un approvisionnement à 70 % français

Si le magasin s'inspire évidemment du modèle allemand, ses dirigeants ont soigneusement évité d'en rééditer une copie trop rigoureuse. Dès avant l'ouverture, le groupe avait d'ailleurs consulté les consommateurs lorrains afin de mieux appréhender les spécificités du marché. « Nous avons passé à la loupe le niveau général des prix pratiqués dans la région et tenu compte des caractéristiques propres à la Lorraine en matière de bricolage », a indiqué le directeur général, Manfred Kummetz. Ce dernier a d'ailleurs insisté sur le fait que l'approvisionnement était français à hauteur de 70 %. Seuls les carrelages viennent d'Italie. Les dirigeants de Bauhaus, qui ont installé une centrale d'achats à Metz, n'ont pas non plus manqué de mettre l'accent sur le large choix offert aux consommateurs, puisque le magasin compte pas moins de 60000 références.

Fondé en 1860 par Heintz Baus, Bauhaus a, depuis, connu une forte croissance en Allemagne. Le groupe, qui exploite au total 147 magasins - 4500 m2 de surface moyenne et 3 milliard de marks (un peu moins de 10 milliards de francs) de chiffre d'affaires - est outre-Rhin la plus grande chaîne d'indépendants. Elle n'est en effet dépassée que par Praktiker, qui appartient au groupe Metro, et par Obi (Tengelmann).

S'il semble que le discount ne soit pas le point fort de Bauhaus, il reste que les Français, à commencer par Castorama et Leroy-Merlin, suivent attentivement la percée de leur concurrent dans l'Hexagone. Lequel nourrit d'ailleurs des ambitions. Le groupe envisage en effet d'installer son enseigne à Reims, Strasbourg et Lille, ville où il se trouvera directement en concurrence avec les enseignes françaises. A supposer bien sûr que Bauhaus dispose des autorisations nécessaires, ce qui, depuis la loi Raffarin, est loin d'être assuré. Il y a quelques mois, on laissait entendre que deux ouvertures pourraient intervenir cette année et deux autres en 1998. On notera que la réalisation du magasin de Metz-Borny a nécessité un investissement d'environ 50 millions de francs. Le maire de Metz, Jean-Marie Rausch, s'est félicité de l'arrivée dans sa ville de la chaîne allemande qui, a-t-il dit, allait devenir la locomotive de la zone franche.
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1526

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Recevez chaque semaine toute l'actualité des marchés, des distributeurs et des fabricants Bricolage, Jardinage et Ameublement.

Ne plus voir ce message