BazarChic, le challenger des ventes privées, affiche ses ambitions

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Le site fondé par Liberty Verny et Nathalie Gillier, BazarChic, fête ses 10 ans en juin 2016. Alors que ses concurrents multiplient les nouveaux projets, le numéro trois français poursuit discrètement mais sûrement sa croissance. Retour sur une réussite bien installée dans le paysage de l’e-commerce en France.

Le siège de BazarChic, à Gennevilliers dans les Hauts-de-Seine.
Le siège de BazarChic, à Gennevilliers dans les Hauts-de-Seine. © Bazarchic.com

80 millions d'euros de chiffre d’affaires en 2015, 100 millions visés pour 2016. Le site BazarChic.com affiche de solides ambitions pour ses 10 ans, qu’il fêtera en juin prochain. Face à ses concurrents principaux, à savoir vente-privee, Showroomprivé et Brandalley, le numéro trois des ventes privées évènementielles en France poursuit la stratégie qui a fait son succès depuis son lancement, en juin 2006. "Nous sommes positionnés sur l’offre premium et nous restons leader sur le segment haut de gamme", précise Julien-Henri Maurice, Directeur Marketing de BazarChic. La mode, son marché historique, mais aussi l'équipement de la maison, le voyage et la gastronomie : le site fondé par Liberty Verny et Nathalie Gillier en 2006 a progressivement élargi son offre tout en conservant son positionnement. Un ADN fortement lié à ses créateurs. "Nathalie Gillier (Directrice générale de Bazarchic.com, ndlr) est l’arrière-petite-fille du créateur de la maille Lacoste, André Gillier", rappelle Julien-Henri Maurice. D’ailleurs, la cliente-type de BazarChic est à l’image de son ADN. Une femme urbaine, âgée de 35 ans et nettement CSP +, avec un panier moyen oscillant entre 90 et 100 euros.

Une stratégie "Customer centric" et mobile first

Au cœur de la stratégie de BazarChic, le suivi des usages clients. "Nous suivons de près les pratiques de nos 7 millions de membres via un pôle Innovation et Expérience clients", poursuit Julien-Henri Maurice. Captation et analyse de la data, étude et amélioration du taux d’engagement, identification des produits d’appel les plus recherchés, cadeaux et échantillons envoyés dans les colis, accent mis sur la qualité du contenu… "Il s’agit de capter l’achat intentionniste en multipliant les stimulations et les points de contact", détaille-t-il encore. Bon d’achats, e-mails de rappels, promotions… Le site, en évolution permanente, se veut à l’image de ce ciblage avec un pré-header personnalisé dès la page d’accueil.

Mobile first, BazarChic l’est depuis 2009, année du lancement de sa première application sur l’Apple Store. Plus d’un million de téléchargements plus tard, le pure-player réalise environ la moitié de son chiffre d’affaires via le mobile grâce à l’application, mise à jour au moins deux fois par mois, et à un site mobile dédié. Quant au trafic, il est issu à 60% du mobile. "Le mobile est devenu, via l’avènement du smartphone et de la tablette, le premier point de contact pour les consommateurs et les marques, précise Julien-Henri Maurice. Pour BazarChic, cela a entraîné l’adaptation de tout son environnement pour être 'mobile-friendly' et la mise en place de méthodes de travail encore plus agiles pour optimiser l’innovation produit issue de cette opportunité".

Devenir une référence dans le shopping quotidien des Français

Déjà présent en France, Suisse, Benelux et France d'outre-mer, BazarChic a pour priorité l’acquisition de nouveaux clients et la fidélisation des utilisateurs du site. Les équipes, qui comptent 230 employés, vont être renforcées. Et pour le directeur marketing, la confiance est de mise. "Les Français ont intégré les ventes privées dans leurs comportements d’achats, et il existe aujourd’hui une vraie appétence pour ces pratiques. En 10 ans, nous sommes devenus une vraie alternative sur ce segment et un véritable partenaire commercial pour les marques premium", précise-t-il. A l’heure où ses concurrents multiplient les opérations financières et que des pure-player comme l'allemand Zalando ou le français Sarenza investissent le terrain des ventes événementielles, BazarChic maintient un objectif de croissance à deux chiffres.

A l’aune de ses 10 ans, la marque a une nouvelle ambition, celle de devenir une référence dans le shopping quotidien des Français, et pas seulement sur le secteur du prêt-à-porter, image qui colle toujours au site de ventes évènementielles. "C’est désormais sur la notoriété et la visibilité que nous allons travailler", résume Julien-Henri Maurice. A l’occasion de cet anniversaire, une prise de parole est prévue avant l’été pour renforcer son image. Par ailleurs, l'e-marchand est également présent sur le réseau physique, une tendance suivie par un certain nombre de pure player. "Cette logique concerne aussi les sites de ventes évènementielles et BazarChic est déjà positionné sur cette tendance avec l’existence de cinq boutiques au sein du Groupe. L'objectif principal est de rapprocher le on-line des boutiques et inversement et donc de travailler sur des logiques de commerce connecté", conclut-il. 

Bazarchic en chiffres
• 80 millions d'euros de CA en 2015
• Plus d'un million de colis envoyés/an
• 7 millions de membres
• Un panier moyen entre 90 et 100 euros
• Plus d’un million de téléchargements de l'appli mobile
• 5 boutiques physiques : Paris 16e, Clichy, Vélizy (2 boutiques) et Grenoble

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA