BAZARLAND, de la solderie minimaliste au bazar moderne

|

Les solderies des années 70 s'adressaient aux plus modestes. Les bazars du XXIe siècle accueillent toutes les catégories socio-professionnelles.

À l'époque des seventies, seuls les pauvres franchissaient la porte des solderies. Leur principe : écouler des fins de série à prix cassés. Tati en a été le pionnier avec son premier magasin ouvert à Paris, dans le quartier de Barbès. On avouait alors rarement que ses emplettes venaient de cette boutique, certains entrant aussi discrètement que dans un sex-shop. Pourtant, la sauce prend et, au début des années 80, les soldeurs ne peuvent plus se contenter des queues de série. Le recours aux importations devient une nécessité.

- Pertinence Dix ans plus tard, apparaît la concurrence des enseignes discount alimentaires et non alimentaires. « Personne ne croyait à la pertinence du discount », sourit Bernard Levy, directeur général de Bazarland. Face à ces grandes surfaces qui proposent des gammes courtes à des prix jamais vus, Bazarland revendique un positionnement de « bazar moderne », c'est-à-dire des prix bas mais une offre bien plus large qui couvre des domaines aussi variés que le bricolage, les loisirs ou le prêt-à-porter. « À partir des années 2000, les clients sont devenus peu à peu des professionnels de la consommation, conscients que des magasins comme les nôtres proposaient de bonnes affaires toute l'année », analyse Bernard Lévy.

- Acceptation Quarante ans après la naissance des solderies, si certains snobent encore les bazars discount, la majorité des Français a découvert que l'on pouvait y dégoter bien mieux que des cochonneries en plastique ou des « nanards » dont personne n'a voulu. La profession s'est organisée, des réseaux comme Bazarland se sont structurés autour d'une politique d'enseigne, des achats centralisés, un concept de gammes larges à prix discount, mais aussi une théâtralisation des produits. Pénétrer aujourd'hui dans un Bazarland c'est accéder à huit univers dédiés à l'équipement de la maison et de la personne répartis sur plus de cent rayons, et à une quarantaine de gammes saisonnières venues du monde entier - Asie, bien sûr, mais aussi Espagne pour les poteries, Italie pour les produits en plastique ou Turquie pour le textile.

- Séduction Portée par la crise qui attire de nouveaux clients dans ses magasins, Bazarland peut séduire d'autres franchisés désireux de se lancer tout en bénéficiant du soutien d'un réseau bien rôdé. Sans oublier, cependant, que le risque zéro n'existe pas, comme le rappelle avec humour Alain Poisard, l'un des premiers adhérents Bazarland : « Il y a quelques années, tout le monde disait que le Sudoku était le jeu du siècle, alors nous en avons commandé beaucoup... Il m'en reste encore ! »

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2102

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres