"Be Brasil", la nouvelle campagne de communication du Brésil pour redorer l’image de son industrie agroalimentaire

|

Dossier Sous les feux des projecteurs depuis les jeux olympiques de Rio, le Brésil est revenu en force à l’occasion du Sial qui s’est tenu du 16 au 20 octobre 2016. A travers sa campagne Be Brasil, le pays entend promouvoir son industrie agroalimentaire et surtout corriger son image de « pays qui dévaste la nature ». 

Roberto Jaguaribe, président de l'apex brasil
Roberto Jaguaribe, président de l'apex brasil

A l’occasion du Sial qui s’est tenu du 16 au 20 octobre 2016, le Brésil avait mis les petits plats dans les grands. Sur le stand de l’agence brésilienne de promotion des exportations et des investissements présidée par Roberto Jaguaribe, impossible d’échapper à la dégustation de noix de cajou, de café, de pulpe d’açai, de  jus d’orange. Une opération séduction qui s’inscrit dans la droite ligne de la campagne de communication « Be Brasil » lancée par le pays lors des jeux olympiques de Rio en août 2016.

Droit dans les yeux,  Roberto Jaguaribe lâche sans détours : « L’Europe est un marché très protectionniste qui aime entretenir de fausses impressions à propos du Brésil et notamment une image de pays qui dévaste la nature ».

Une agriculture durable

Statistiques à portée de main, le président de l’Apex Brasil s’attache à démontrer le contraire, rappelant par exemple que depuis ces 24 dernières années, la surface de production dédiée aux céréales et aux fruits à coques a augmenté de 41%, alors que le volume de production a crû de 223%. « Si on conservait les taux de productivité d’il y a 20 ans, il faudrait plus de 30 M d’hectares de surface de production, en plus des 20 millions déjà cultivés. Le Brésil bénéficie donc de l’agriculture tropicale durable la plus efficace au monde », a poursuivi Roberto Jaguaribe.

Avec la campagne de communication « Be Brasil », le pays entend aussi promouvoir son industrie agroalimentaire sous un autre jour que celui des produits primaires (soja, bœuf, poulet…) exportés à travers le monde.

L’Europe, un débouché important

Pour en prendre la mesure, il suffisait de faire un petit tour entre les différents stands du pavillon brésilien où étaient notamment présentés des aliment santé à base de baies d’acaï ou de céréales sans gluten, de boissons aux propriétés nutritionnelles, des aliments naturels et bio, des offres de snacking ou encore des produits d’épicerie fine (sauces sucrées et salées) comme ceux de la marque Bazzar. « Le marché européen représente un débouché très important pour ces produits à valeur-ajoutée » a insisté Roberto Jaguaribe.

En 2015, les exportations agricoles ont atteint 88,2 Mds $, dont près de 80% dédiées aux produits agroalimentaires (62,3 mds $).  Des chiffres qui font du Brésil le quatrième  exportateur de produits agroalimentaires, notamment de jus d’orange, de sucre, de café et de soja. Les céréales et fruits à coques représentent 45% des exportations, les volailles 10% et le bœuf 8%.  

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Nos formations