Beauté

|

Dans l’univers de la beauté, les frontières entre les catégories sont décidément de plus en plus floues. Exemple avec les soins antibactériens, qui font aujourd’hui figure de niche. « Sur le marché du visage, le segment des peaux jeunes est le plus petit et le seul à être en décroissance. Aujourd’hui, beaucoup de produits qui ne sont pas “catalogués” peaux jeunes ou antibactériens, répondent aux attentes de cette cible : soins pour peaux mixtes qui matifient, BB crèmes qui cachent les imperfections, eaux micellaires… Autant de produits qui ne stigmatisent pas la cible mais répondent à ses besoins », explique Fiona Merveille, responsable marketing chez Nivea. Ce cas particulier illustre une forte tendance vers le multifonction. Parce que la santé est devenue une préoccupation majeure des Français, prendre soin de soi est une attente forte. Même dans la beauté. D’ailleurs, selon une étude Kantar Worldpanel, 20 % des achats en hygiène-­beauté des Françaises se font sur des soins (contre 7 % pour le maquillage). Mais elles ont aussi toujours moins de temps à consacrer à leurs gestes beauté. Conséquence : les formules des produits intègrent des ingrédients du soin et de multiples bénéfices. Ainsi, les rouges à lèvres acquièrent les propriétés des baumes. Les produits pour le teint traitent les problèmes de peau ou les signes du temps. Les mascaras tonifient les cils. Quant aux soins, ils peuvent désormais se faire sous la douche, tout comme le rasage et l’épilation. Même l’antirides disparaît au profit de l’anti-âge qui traite non seulement les rides mais aussi la perte de fermeté et les taches brunes, bref, tous les signes du temps. Au milieu de cette offre hybride, il commence à être difficile de s’y retrouver. Prenons l’exemple des DD crèmes. Leur revendication est d’abord de protéger la peau des UVA et UVB. Or, certaines BB et CC crèmes ont des formules contenant des filtres UV (en général d’indice SPF 30). Du coup, il n’est pas simple de comprendre le bénéfice de cette nouvelle déclinaison de l’alphabet. Et le filon n’est pas épuisé : en Asie, les EE crèmes sévissent ! Il est fort à parier qu’elles arriveront en Europe dans quelque temps. Mirabelle Belloir

Tendances

  • Un résultat immédiat. Les consommatrices veulent voir un effet sur leur peau dès l’application des produits.
  • Des minutes précieuses. Les marques lancent des gammes pour faciliter la routine beauté quotidienne et gagner du temps.
  • Jusqu’au bout des sourcils. Le maquillage des yeux passe aussi par une ligne de sourcil bien dessinée.

 

Soins Beauté 

1,61 Mrd €

+ 1,9 %

Le CA en CAM à fin juin 2014 et son évolution versus même période en 2013

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2335

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous