Beauty Success et Passion Beauté créent Beauty Alliance France

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

BRÈVES Les deux réseaux d’indépendants s’allient pour peser face aux mastodontes de la parfumerie sélective. Les deux enseignes représentent ainsi 11,5% du marché et visent les 15% en 2019.

beauty success logo

Avec des Sephora, Douglas-Nocibé et Marionnaud, qui représentent 75% du marché, il est difficile d’exister pour les indépendants. Pour leur faire face, Beauty Success, premier réseau de franchisés en parfumerie sélective, et Passion Beauté, premier groupement d’indépendants, ont décidé de s’allier en créant Beauty Alliance France. Elle sera cogérée à parts égales par Philippe Georges, président de Beauty Success, et Jean-Pierre Dry, président de Passion Beauté, et pilotée par un comité de direction commun.

« L’objectif est d’être plus ­compétitifs, de mieux négocier auprès de nos fournisseurs de parfumeries sélectives, mais aussi ceux des instituts d’esthétique, explique Philippe Georges. Nous mettons en place des plans marketing convergents à présenter aux marques, transverses sur les 450 parfumeries que représente l’alliance. » En effet, Beauty Alliance France représentera 11,5% de part de marché, soit le quatrième acteur du secteur. « Nous dépassons le seuil des 10% et pouvons ainsi représenter une vraie alternative aux réseaux succursalistes », souligne Philippe Georges.

 

De fortes ambitions

Mais pas question pour les enseignes de perdre leur identité. « C’est une alliance, pas une fusion », insiste Jean-Pierre Dry. « Un marché qui se concentre trop devient moins dynamique. Il est important pour le public d’avoir le choix, c’est pourquoi nous conservons les deux enseignes », ajoute Philippe Georges.

Beauty Alliance France sera, par ailleurs, membre de Beauty Alliance International. « Créée en 2001, cette marque a pour vocation de regrouper les indépendants en Europe. Par exemple, Beauty Alliance Allemagne représente 960 parfumeries et est deuxième dans son pays derrière Douglas », poursuit Philippe Georges.

Les deux présidents ont de fortes ambitions à cinq ans. « En 2019, notre objectif est d’atteindre les 15% de part de marché, avec 600 points de vente et 420 millions d’euros de ventes », annonce Jean-Pierre Dry. « Tous les ans, nous avons de nouveaux adhérents. Nous sommes une alternative aux succursalistes, avec une vision différente du commerce où l’humain est très important », explique Jean-Pierre Dry.

Et, sur le marché, il y a notamment les 38 points de vente dont Douglas et Nocibé doivent se séparer pour pouvoir fusionner. Des magasins que les deux alliés seraient ravis d’accueillir. Selon eux, leurs adhérents voient l’alliance comme une bonne nouvelle, même dans les villes où les deux enseignes se font face. « Il vaut mieux connaître son concurrent et occuper le terrain plutôt que de laisser la place pour un succursaliste », pense Philippe Georges.

Ce type de partenariat n’est pas une première pour Passion Beauté, qui avait conclu un accord avec Douglas fin 2011. « Il prend fin en décembre. Nous avions signé avec une entreprise familiale. Aujourd’hui, Douglas appartient à un fonds américain et fusionne avec Nocibé. Nous n’avons plus les mêmes ambitions », confie Jean-Pierre Dry. « Avant son accord avec Douglas, Jean-Pierre m’avait approché, mais je n’étais alors pas prêt pour une alliance. Aujourd’hui, c’est le bon moment. Le travail a déjà commencé, puisque nous avons débuté les négociations commerciales 2015 », conclut Philippe Georges.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2340

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA