Marchés

Beiersdorf retrouve timidement du dynamisme

|

L'effet de change affecte tout le monde. L’allemand Beiersdorf a affiché une belle progression de ses ventes en 2013 et augmenté ses bénéfices. Mais si la croissance organique des ventes est de 7.2% en croissance organique, à 6,14 milliards d'euros elle n’est, en donnée publiée que de 1,7%...

Beiersdorf a aussi été mis à mal par les effets de change.
Beiersdorf a aussi été mis à mal par les effets de change.

"Nous pouvons être satisfaits des résultats 2013", s'est félicité le patron du groupe, Stefan Heidenreich. Le groupe pour lequel les analystes déploraient quelques manques de dynamisme et d’innovations ces dernières années, a réussi à redresser la barre.

Le groupe de Hambourg, qui détient Nivea, Hansaplat, Labello mais aussi la marque de luxe La Prairie, a vu son bénéfice d'exploitation se relever 17% à 820 millions d'euros et son bénéfice net de 20% à 543 millions d'euros.

La branche grand public du groupe a enregistré de son chiffre d'affaires de 1,1% à 5,1 milliards d'euros. Mais encore une fois, la croissance organique est, elle, de 7%

Au  niveau géographique, la première région est l’Afrique/Asie/Australie où le groupe a vu ses ventes gonfler de près de 20%. L’amérique du Nord est de 4,6%. L’Europe de l'ouest - son premier marché – affiche une progression de  1,2%.

Seule région dans le rouge, l'Europe de l'est  qui est à -0,4%.

Pour 2014, le groupe attend une progression de 4% à 6%.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez chaque semaine l’actualité des secteurs Droguerie, Parfumerie et Hygiène.

Ne plus voir ce message