Boissons

Comment se porte le marché des boissons ? Quelles sont les nouveautés ? Eaux, sodas, jus, bières, liqueurs, alcools, vins et spiritueux... Retrouvez les dernières tendances du rayon Boissons.

Belvèdère convoque ses actionnaires à une Assemblée générale extraordinaire le 12 février prochain

|

Christophe Trylinski, PDG du groupe de spirritueux Belvédère et Maître Frédéric Abitbol, son administrateur judiciaire, appellent à la mobilisation des actionnaires. Maître Frédéric Abitbol fait également le point sur les offres de reprise des effectifs Belvédère.

Christophe Trilinsky, PDG de Belvédère
Christophe Trilinsky, PDG de Belvédère

Dans deux lettres distinctes, le dirigeant et l’administrateur judiciaire chargé de l’assister dans le cadre du redressement judiciaire de Belvédère SA, appellent solennellement les actionnaires à se mobiliser pour venir voter lors de l’assemblée générale extraordinaire du 12 février prochain, à 18 heures au Forum des Images (Paris 1er). Celle-ci est destinée à entériner le plan de restructuration du Groupe Belvédère.

Voici quelques extraits de ces lettres. Christophe Trylinski écrit notamment : « Cette assemblée revêt une importance particulière pour l’avenir de votre groupe. En effet, lors de cette réunion capitale, vous serez appelés à vous prononcer sur un ensemble de résolutions dont l’approbation est nécessaire pour que le plan de restructuration communiqué le 20 août 2012 puisse être mis en œuvre. Il en va de la pérennité du Groupe Belvédère. En effet, l’adoption de ce plan permettra à la Société d’assainir son bilan et de repartir sur les bases d’une société très largement désendettée. »

Effort des créanciers

De son côté, Maître Frédéric Abitbol explique : « Les créanciers ont accepté de consentir un effort significatif pour éviter le risque d’une liquidation judiciaire de Belvédère, permettant la poursuite de l’activité d’une entreprise qui, si les actionnaires approuvaient les résolutions qui leur seront soumises le 12 février 2013, serait très largement désendettée et pourrait poursuivre son activité, renouer avec la rentabilité et assurer le maintien des emplois.

Je souhaite donc que tous ces efforts, ainsi que ceux consentis par les créanciers, soient, le 12 février prochain, validés par les actionnaires en acceptant une dilution importante mais nécessaire, à la mesure de l’importance des enjeux et des difficultés de Belvédère. Un vote négatif des actionnaires entraînerait un fort risque de liquidation judiciaire destructrice d’emplois, ne laissant que peu d’espoir de recouvrement aux créanciers et dans laquelle il est très vraisemblable que les actionnaires de la Société perdent tout, puisque votre statut correspond à celui de créanciers de dernier rang. » (...)   « Si, en ma qualité d’administrateur judicaire, je ne peux pas accepter de procuration et me dois de rester neutre, vous pouvez en revanche envoyer votre pouvoir à l’entreprise elle-même ou à une personne de votre choix qui pourrait voter selon vos choix et décisions. ».

 

L'interview de Maître Frédéric Abitbol

 

Nous reproduisons l’intégralité d’une interview de Maître Frédéric Abitbol accordée au site boursier Tradingsat qui fait le point sur les offres de reprises des actifs de Belvédère.

 

Tradingsat.com : Y a t il du nouveau concernant les offres de reprises portant sur les fonds de commerce et actifs de Belvédère ?

 

Maître Frédéric Abitbol : La date limite de remise des offres était fixée au 14 décembre. J’ai reçu 13 offres de reprise portant sur différents actifs et différents périmètres. Pour mémoire, l’accord validé avec les comités de créanciers prévoyait que dans l’hypothèse ou le groupe serait capable, grâce aux cessions d’actifs, de servir à ses créanciers financiers FRN [(Floating rate notes] un paiement compris entre 275 millions et 310 millions d’euros, l’objectif était de vendre les actifs et de convertible le solde de la dette en capital. En revanche, si ce minimum de 275 millions d’euros n’était pas atteint, l’intégralité de la dette devrait être remboursée en capital. Parmi les offres que j’ai reçues, une seule permet d’approcher cette fourchette. Elle porte sur toutes les activités de vodka et s’élève à 310 millions d’euros précisément. Seulement, cela reste une offre préliminaire, qui reste sujette à des audits. D’autre part, c’est une offre de reprise sur des actifs localisés dans des différentes sociétés du groupe. En réalité, tout le prix de vente ne peut remonter à Belvédère, puisqu’une filiale qui vend un actif devra d’abord rembourser son passif. Il faut donc raisonner une somme qui sera sensiblement moindre. Il est même vraisemblable que l’on se situe en dessous de 275 millions d’euros. Si tel est le cas, il restera encore la possibilité de rediscuter avec les créanciers pour trouver un accord, mais s’il s’avère que ce n’est pas possible, on se dirigera alors vers un plan de conversion total de la dette.

Tradingsat.com : Est-il encore possible de recevoir de nouvelles offres de candidats potentiels ?

Maître Frédéric Abitbol : Cela reste possible. La date limite a été prorogée au 30 janvier, justement pour permettre aux candidats qui ont déposé des offres de les améliorer et nous permettre d’avancer. Nous y verrons donc plus clair à la fin du mois sur cette offre de reprise de l’activité vodka.

 

Tradingsat.com : On ne connaît donc pas encore l’issue du plan de restructuration financière pour lequel vous appelez à voter ?

 

Maître Frédéric Abitbol : On ne sait pas si l’option 1 (remboursement des créanciers avec le produit des cessions et créance résiduelle convertie en capital) ou l’option 2 (conversion totale de la dette en capital) sera mise en oeuvre. Mais ce qui est certain, c’est que si les actionnaires votent le plan, à la fin du redressement judiciaire, l’intégralité de la dette financière sera soldée. Les actionnaires ont le choix entre : être dilués mais rester actionnaire d’une société qui sera totalement désendettée, ou refuser cette dilution, auquel cas, tout ce qui a été négocié jusqu’à présent est invalidé, et l’issue vraisemblable sera la liquidation judiciaire. Donc en clair, voulez-vous être dilués dans une société désendettée, ou ne pas être dilués dans une société liquidée dans laquelle vous aurez tout perdu.

Propos recueillis par François Berthon (Tradingsat.com)

 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message