Belvédère en voie de se libérer de ses dettes

|

Les créanciers du groupe de vins et spiritueux, endetté à hauteur de 744 millions d'euros, ont validé un protocole d'apurement de passif. Une première étape décisive pour assainir enfin Belvédère.

L224302801_4Z.jpg
L224302801_4Z.jpg© PASCAL BOUCLIER / DR

Belvédère vient de vivre trois jours décisifs pour son avenir. En effet, les 18,19 et 20 septembre ont eu lieu trois assemblées générales pendant lesquelles les nombreux créanciers de l'entreprise étaient appelés à valider un protocole d'accord mis au point cet été par Krzysztof Trylinski, PDG du groupe, et l'administrateur judiciaire, maître Frédéric Abitbol.

En effet, cette société placée en redressement judiciaire depuis mars est endettée à hauteur de 744 millions d'euros. Ouf ! Les créanciers - porteurs d'obligations, établissements financiers et fournisseurs - ont approuvé au-delà de la majorité requise ce protocole aux deux scénarios. L'un qui envisage la cession d'un ou de plusieurs actifs pour rembourser une partie de la dette, le reste serait converti en capital. L'autre verrait la totalité de la dette convertie en actions. Alors, les créanciers se retrouveraient actionnaires de Belvédère.

 

« Une page se tourne »...

Belvédère est donc libéré d'un poids. « Ma priorité était de désendetter le groupe et de mettre fin aux épisodes judiciaires qui freinaient Belvédère dans son développement depuis quatre ans. Je suis très satisfait qu'une page se tourne », a assuré le PDG à l'issue des assemblées générales.

L'étape suivante devrait être une formalité. Lors d'une assemblée générale extraordinaire, qui interviendra au plus tard le 20 mars 2013, les milliers d'actionnaires devront à leur tour valider ce plan de désendettement. Les probabilités qu'ils ne le ratifient pas sont quasi nulles. Car, si tel était le cas, Belvédère serait liquidé et ses actionnaires verraient disparaître à tout jamais leur investissement de départ. « L'effort consenti par les créanciers doit maintenant être validé par les actionnaires, qui seront prochainement appelés à approuver les propositions d'apurement de passif, en acceptant une dilution importante mais nécessaire, à la mesure des graves difficultés de Belvédère, détaille Frédéric Abitbol. Inversement, un refus des actionnaires entraînera inévitablement un fort risque de liquidation judiciaire, destructrice d'emplois et de valeur, ne laissant que peu d'espoir de recouvrement aux créanciers et a fortiori aux actionnaires de la société. »

En attendant cette nouvelle assemblée générale, l'administrateur judiciaire et Krzysztof Trylinski espèrent recevoir des propositions de rachat pour les marques du portefeuille, comme les vodkas Sobiesky et Danska, le whisky William Peel ou encore les liqueurs Marie Brizard. Chance pour Belvédère, la moyenne des transactions dans le secteur attractif des spiritueux s'effectue au triple du chiffre d'affaires d'une marque. Reste à savoir si les acquéreurs éventuels feront des offres valorisées, sans profiter des difficultés du groupe.

 

... Pour un champion de l'innovation

Belvédère est passé maître dans l'art de lancer de nouvelles vodkas. Depuis sa création en 1991, ce groupe a créé les marques Belvédère (revendu à LVMH), Chopin, Sobiesky, Danska et Krupnik. Inexistante en 2009, cette dernière est déjà classée dixième vodka du monde en volume. Sur le marché français, même créativité. La filiale vins de Belvédère, Moncigale, a créé en 2010 Fruits et Wine, l'un des tout premiers apéritifs à base de vin aromatisé. Cette marque dépassera les 6 millions de cols à la fin 2012.

Des étapes clés

  • La validation par les créanciers du plan de désendettement de Belvédère. Une étape acquise
  • La validation par les actionnaires du même plan de désendettement, cela avant le 20 mars 2013
  • La cession d'une ou plusieurs marques du portefeuille

 

UN GROUPE DE TAILLE INTERMÉDIAIRE

910,6 M € Le chiffre d’affaires 2011

+ 5,8% versus 2010

4 000 salariés

3 marques millionnaires

Selon le classement mondial des marques de spiritueux en volume exprimé en million de caisses de 9 litres, croissance 2011 en % versus 2010

Deux vodkas et un whisky dans le top 30 mondial

Krupnik 4,5 millions de caisses (+ 136,8 %) ; 10e vodka mondiale; première vodka en croissance

Sobieski 2,8 millions de caisses (- 8,2 %), 16e vodka mondiale

William Peel 2,9 millions de caisses (+ 16 %), 25e whisky mondial

Sources : Belvédère, Drinks International

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2243

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Eaux, sodas, jus, bières, vins, liqueurs et spiritueux : chaque semaine recevez les dernières infos et nouveautés du rayon Boissons.

Ne plus voir ce message