Boissons

Comment se porte le marché des boissons ? Quelles sont les nouveautés ? Eaux, sodas, jus, bières, liqueurs, alcools, vins et spiritueux... Retrouvez les dernières tendances du rayon Boissons.

Belvédère entrevoit le bout du tunnel

|

Comme annoncé dans LSA N°2242, Le groupe de vins et spiritueux Belvédère vient de franchir une étape dans le conflit qui l'oppose à ses créanciers. En effet, ceux-ci viennent d'approuver les propositions d'apurement du passif transmises par Belvédère aux créanciers le 20 août dernier.

Christophe Trylinski
Christophe Trylinski© DR

Cette semaine est décisive pour Belvédère, groupe de vins et spiritueux dirigé par Krzysztof Trylinski depuis novembre 2011. Les créanciers ont été appelés à approuver le projet de restructuration financière du groupe. C'est chose faite pour une large majorité des créanciers. Ce protocole d’accord proposait deux scénarios. « Le premier envisage la cession d’un ou de plusieurs actifs qui devra être réalisée avant le 20 mars 2013, ce qui permettrait d’assainir une partie de la dette et de rembourser les créanciers, explique le patron. Le solde de la créance sera converti en capital ». Autrement dit, les créanciers se retrouveraient actionnaires de Belvédère. L’autre solution sera envisagée au cas où aucun actif ne serait vendu à cette date. Alors, la totalité de la dette sera convertie en capital.

Les créanciers de Belvédère ont voté en faveur de ce plan, marquant ainsi une première étape dans la restructuration de la société de vins et spiritueux, en redressement judiciaire.

 

En voici le détail

Les propositions d'apurement de Belvédère "ont été approuvées par les obligataires représentant - en fonction des résolutions - au moins 91% des créances totales obligataires", a déclaré le groupe.

Les détenteurs de deux types d'obligations émises par Belvédère (des obligations subordonnées et des obligations à taux variable FRN) étaient appelés à se prononcer mercredi sur les propositions faites le 20 août par le groupe pour apurer son passif de plus de 600 millions d'euros.

Un groupe de porteurs du premier type d'obligations, qui représentent un montant estimé de 96 millions d'euros, s'était prononcé mardi contre le plan de Belvédère, s'estimant lesés par rapport aux créanciers FRN, et avait appelé les porteurs à "former une contestation devant le Tribunal de commerce de Dijon", en cas de feu vert de l'AG des créanciers obligataires.

La société a proposé aux porteurs d'obligations subordonnées de leur distribuer, en avril 2014, des bons de souscription d'action "qui ouvriront droit, au total, à 10% du capital de la société".

Quant aux créanciers FRN, une obligation dont le montant est estimé à 441 millions d'euros, Belvédère leur a proposé deux scénarios conduisant tous les deux à un désendettement massif de la société mais au prix d'une dilution importante de son actionnariat actuel.

Dans le premier cas de figure, Belvédère, propriétaire notamment de la vodka Sobieski, du whisky William Peel et de la liqueur Marie Brizard, cèderait certains de ses actifs pour rembourser les créanciers FRN, tandis que le solde de leur créance serait converti en capital.

Mais si le niveau de prix obtenu dans le cadre des offres pour les actifs cessibles est jugé insuffisant --le groupe a fixé une valeur cible de 310 millions d'euros--, Belvédère propose alors de convertir l'ensemble de la créance FRN en actions Belvédère, via une augmentation de capital "représentant 87% du capital restructuré, laissant ainsi 13% aux actionnaires actuels".

La majorité de ces obligations FRN (64%) sont détenues par un groupe d'investisseurs représentés par la banque d'affaires américaine Bank of New York Mellon.

"Les détenteurs des Créances FRN ainsi que The Bank of New York Mellon (...) ont renoncé conjointement aux actions judiciaires en cours et pris l'engagement de ne pas initier de nouvelles actions sous réserve de l'approbation du projet de plan de redressement par le Tribunal de Commerce de Dijon", a également annoncé Belvédère.

Ce plan de restructuration de la dette doit encore être approuvé par les actionnaires de Belvédère, à l'occasion d'une assemblée générale qui devra se tenir au plus tard le 20 mars 2013.

"Je suis très satisfait qu'une page se tourne. Sous réserve du vote positif des actionnaires de la société à qui un effort important mais déterminant pour la suite est demandé, Belvédère va pouvoir reprendre pleinement ses innovations qui ont permis à ses marques d'occuper rapidement une place significative sur leurs marchés", a commenté dans le communiqué Christophe Trylinski, le président directeur général de Belvédère.

Dans un communiqué distinct, le comité des porteurs d'obligations FRN s'est dit "satisfait" de l'approbation du projet et a appelé les dirigeants de Belvédère à "mener à bien l'intégralité de ce plan".

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Eaux, sodas, jus, bières, vins, liqueurs et spiritueux : chaque semaine recevez les dernières infos et nouveautés du rayon Boissons.

Ne plus voir ce message