Bénédicta refait monter sa mayonnaise au rayon frais

|

BRÈVESExclue du segment des mayonnaises au rayon frais en 2000, la marque Bénédicta reviendra en février avec trois références d'une nouvelle recette, cours de référencement, qui souhaite refaire sa place dans le linéaire.

Rappel des faits : en 1995, la marque Bénédicta, qui appartient à Astra-Calvé (Unilever), lance au rayon frais une recette de mayonnaise gourmande qui initie un nouveau segment de marché. Un segment  qui va rapidement croître jusqu'à culminer à 2 500 tonnes. En 2000, Unilever rachète Amora-Maille. Les autorités de la concurrence mettent en évidence une position dominante sur le segment des mayonnaises au rayon frais. Unilever revend au groupe Barclays la marque Bénédicta : pour l'occasion, une société est constituée (qui représente un CA de 90 MEUR, 240 salariés). Mais Unilever garde le droit d'exploiter sous la marque Bénédicta et sous contrat de licence la référence de mayonnaise gourmande pendant trois ans. 

Forcé de patienter pour revenir sur son segment de prédilection, Bénédicta innove au rayon épicerie, et lance une gamme de sauces salades en frais. Dans l'intervalle, Unilever substitue la marque Maille à la marque Bénédicta sur la mayonnaise et développé une offre sur Amora. « Depuis l'année 2 000, où le marché a culminé à 2 500 tonnes, il ne cesse de diminuer, juge David Luspot, directeur marketing de Bénédicta. Les distributeurs ne vont pas garder trois marques sur ce segment de marché. Nous devons leur montrer qu'ils ont intérêt à avoir deux marques, et que la deuxième doit être Bénédicta. Tout se jouera au niveau des référencements. Nous avons pour objectif de reprendre un quart du marché la première année ». La marque revient avec trois références en pots verre (300 grammes, 190 gr et 190 gr légère).
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter