Marchés

Benoît Hamon: "le bouclier de la DGCCRF est à un point critique"

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Le ministre de la Consommation, Benoît Hamon, qui présentait le bilan de l'action de la DGCCRF en 2012, estime que le "bouclier" constitué par cette administration pour la protection des consommateurs a atteint un point "critique. Et ce, après la baisse des effectifs de 16% en cinq ans" fruit de la RGPP imposant un départ sur deux", menée par le précédent gouvernement.

Benoit Hamon Spanghero

Prenant l'exemple de la Creuse, le ministre a indiqué qu'il ne reste que "quatre agents pour tout le département". Lorsqu'une crise comme celle de la viande de cheval arrive, cet effectif s'avèrerait insuffisant, notamment pour vérifier les opérations de retrait dans les grandes surfaces. "Quand une administration fait respecter des règles qui permettent d'éviter des crises - et sans la DGCCRF, il y en aurait tous les jours, elle contribue à rendre les industries compétitives. Et il faut de l'expérience, des compétences, et des effectifs".

Dans le contexte d'une réduction du nombre de fonctionnaires

Le propos est tenu alors que la DGCCRF a fait la démonstration de sa rapidité -"mais sans précipitation !", dans l'affaire de la viande de cheval, mais il tombe également à point nommé pour convaincre Jérôme Cahuzac, le ministre du Budget, d'épargner l'administration dont Benoît Hamon a la tutelle. Or, Jérôme Cahuzac a demandé à tous les ministres de lui présenter un volant d'économies d'ici le 1er mars, en vue de la préparation du budget pour 2014. Et maintenir ou augmenter le nombre de fonctionnaires, voilà qui n'est pas dans l'air du temps....

1 commentaire

patrbat

27/02/2013 16h45 - patrbat

Les produits, les services s'échangent sur des marchés bien plus vastes que le département.
La Rgpp, a enfermé les agents CCRF des départements dans un cadre étriqué, sous la férule des préfets.
Rendre son efficacité à la DGCCRF, c'est faire sortir ses agents de cette organisation absurde et rétablir le lien direct entre les services extérieurs et leur administration centrale.
La baisse d'activité résulte de la fonte des effectifs, mais aussi de la paralysie et de la sédentarisation résultant de la RGPP, de la désorganisation du service et de la multiplication de l'encadrement.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA