Marchés

Benoît Hamon « pense aux salariés de Picard, Findus… »

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

VIDÉO Le ministre de la Consommation, Benoît Hamon, a indiqué qu’il « faut penser aux salariés de Picard, de Findus, de tous ceux qui distribuent ces produits et qui se posent la question de savoir si leurs activités et leurs emplois ne vont pas être menacés par la tromperie de quelques-uns en amont ». Le propos a été tenu ce matin sur France Info.

Le ministre s’inquiète aussi de la chute de vente de 5% des surgelés le week-end dernier qui risque d’avoir des répercussions. « Pour  nous, ni le salarié de Spanghero, ni celui de Findus ou Picard, ni les consommateurs européens ne doivent payer en lieu et place des responsables de cette tromperie économique".

Suspension de l'agrément justifié

Benoît Hamon a toutefois justifié le retrait de l’agrément de Spanghero, « mesure de sauvegarde pour vérifier si à côté de la tromperie économique, ce qui sortait de Spanghero allait être nuisible à la santé ou pas. Et l’enquête a établi qu’il n’y a pas de problèmes sanitaires ».

Polémique...

Un début de polémique avait pris Stéphane Le Foll de court la semaine dernière, après la suspension de l’activité de Spanghero qui aurait pu signer son arrêt de mort et mettre sur le carreau quelque 300 salariés. La réponse à la tromperie économique avait été transformée en arrêt de l'usine pour des raisons sanitaires, ce qui ne paraissait pas à priori logique. La décision de Stéphane Le Foll d'accorder à nouveau l'agrément à l'usine, dès lundi, a permis de régler le problème.

Enquête révélée vendredi

Les résultats de l’enquête sanitaire, qui doivent être révélés vendredi, ne devraient pas apporter de nouveaux éléments dans ce domaine, même si la suspension de l’agrément vaut toujours pour les entrepôts frigorifiques de Spanghero. Un lot, toutefois, semblait paraître suspect sur 80 analysés, mais il est rare qu’une entreprise contrôlée, dans le domaine sanitaire comme pour le fisc, sorte totalement indemne d’un contrôle, même parmi celles qui sont les plus sérieuses.

Economie solidaire

L’affaire aura été toutefois l’occasion, pour le ministre, d’enfiler un peu plus le manteau de la Consommation, tant dans sa mission de protection des consommateurs – au début de l’enquête – que dans sa dimension économique et sociale -  dans les dernières heures. Habituellement, l’agenda de Benoît Hamon est largement consacré à l’économie sociale et solidaire, autre intitulé de son ministère. Un champ économique dont Lur Berri, propriétaire de Spanghero, en tant que coopérative, fait partie. Ciel…

Par ailleurs, Xavier Beulin annonce l'intention de la FNSEA de déposer plainte en tant que partie civile:

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA