Benoît Mahé, professeur au Cesem-ESC Reims* : « Beaucoup de vendeurs sont éteints »

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer
Benoît Mahé
Benoît Mahé© DR

LSA - Pourquoi avez-vous écrit un livre sur le « retail coaching » ?

Benoît Mahé - Beaucoup de vendeurs sont éteints et ne dégagent pas assez d'énergie positive, alors que le commerce doit être vivant. Quelle attitude doit avoir un manager pour les impliquer davantage ? En clair, il s'agit d'appliquer le coaching au monde de la distribution pour réconcilier efficacité commerciale et épanouissement personnel. Le commerce est un monde dur, de rapidité. L'idée, c'est de prendre du temps pour faire le point sur le métier. C'est essentiel dans une fonction où l'on ne prend pas le temps de s'asseoir.

 

LSA - Pourquoi cela vous paraît-il aussi urgent ?

B. M. - Il ressort des enquêtes auprès des clients qu'ils ont l'impression qu'on leur « fourgue » des choses dont ils n'ont pas besoin ou pas envie. Pour éviter cela, les vendeurs doivent être capables de développer des relations qui ne se résument pas qu'à une transaction. C'est moins valorisant d'être vendeur qu'avocat ou journaliste. Pourtant, ce métier demande de comprendre l'autre. Sourire est rentable, mais ce n'est pas un décret.

* Professeur au Cesem-ESC Reims et auteur de Coaching et vente au détail, Éditions Maxima

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2251

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA