Bercy donne la priorité à la compétitivité des entreprises

|

Christine Lagarde, ministre de l’Economie et des Finances, a présenté ses objectifs pour les prochains mois en compagnie des nouveaux ministres de Bercy, Eric Besson à l’industrie, Pierre Lellouche au commerce extérieur et Frédéric Lefebvre au commerce et au PME, en donnant la priorité à la compétivité des entreprises, à la stabilité au niveau européen et mondial et à la simplification administrative. «Nous voyons les signes clairs de la reprise, les chiffres le montrent, a indiqué la ministre. La consommation progresse deux fois plus vite au troisième trimestre qu’au deuxième trimestre et elle n’a jamais baissé depuis le début de la crise ». Eric Besson, qui a hérité d’un « grand ministère de l’industrie », veut « diminuer la taxation du capital qui constitue la base industrielle du pays ». Il veut aussi mener une concertation avec Xavier Bertrand, ministre du travail, sur le « différentiel de coût de travail avec l’Allemagne ». Enfin, il vise une restructuration industrielle pour favoriser l’émergence de champions français et européens dans des secteurs clés. Quant à Frédéric Lefebvre, il se donne pour mission de « répondre aux préoccupations majeures des Français », d’abord des consommateurs en matière de régulation des marchés des biens et services, des clients en matière de tourisme et des entrepreneurs pour la « simplification du droit ». « Pour la sortie de crise, nous devons impérativement alléger l’impôt papier ». Sans s’y étendre longuement, il a indiqué que « veiller au développement des entreprises, c’est aussi d’assurer l’équilibre de leurs relations commerciales. J’ai demandé à la Répression des fraudes de poursuivre ses contrôles dans la grande distribution ». Il va recevoir les associations de consommateurs pour arrêter la position française vis-à-vis d’une nouvelle directive qui pourrait diminuer la protection du consommateur en droit français. Enfin, concernant l’envol des prix des matières premières, il attend « plus de transparence, notamment vis-à-vis des produits de première nécessité ». Christine Lagarde a indiqué par ailleurs que le gouvernement n'était pas favorable à une hausse du smic, tandis que face à la cacophonie qui entoure les taxes sur les auto-entrepreneurs et la concurrence qu'ils créent vis à vis des artisans, que des mesures de simplification pourraient aussi concerner ces derniers. Il a salué ce statut créé par son prédécesseur, Hervé Novelli.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter