Bernard Levy, directeur général de Bazarland

|

LSA - Comment l'enseigne Bazarland vit-elle la baisse du pouvoir d'achat ?

Bernard Levy - Il se passe quelque chose. Ces derniers mois, nous avons constaté un changement de comportement de nos clients. Notre cible touche les CSP moyens qui ont dépensé en moyenne 21 E par panier en 2007. Début 2008, nous avons constaté une baisse de ce panier moyen, mais elle a été compensée par une augmentation du nombre de visites. Nos clients sont de plus en plus friands des avantages de notre carte de fidélité. Il semble même que la clientèle à faible revenu la prenne systématiquement. Aujourd'hui, celle-ci considère Bazarland comme une enseigne de proximité.

LSA - La composition du panier change-t-elle aussi ?

B. L. - Oui. Si les consommateurs reviennent plus souvent, c'est pour acheter des choses utiles, des articles de confection ou des produits ménagers, au détriment des articles plus superflus, comme la décoration ou les cadeaux. Nous sommes donc dans une phase de fidélisation qui va nous inciter à repenser notre offre forte de 10 000 références. Autre signe de changement, depuis deux mois, nous n'avons jamais eu autant de demandes de renseignements sur notre franchise : 45 sur le seul mois de mai, quand nous en recevons 15 dans une période normale.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2053

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous