Besançon se prépare pour 2011

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Avec en perspective la construction d'une nouvelle gare TGV, le chef-lieu de Franche-Comté va attirer de grandes enseignes dans son hypercentre, dont la Fnac, et créer 38 000 m2 nouveaux en périphérie.

>La capitale du Doubs prépare son renouveau. Et va fortement accroître l'attractivité de son centre et de sa périphérie vers les grandes villes avoisinantes : Vesoul, Montbéliard, voire Dijon. La cause ? L'ouverture en 2011 de la ligne de TGV « Paris-Mulhouse », via Dijon et Besançon. Celle-ci modifiera en profondeur la zone de chalandise de cette partie Est de la France, mettant le centre-ville bisontin à moins de deux heures de Paris.

En attendant, pendant près de quatre ans, Besançon va vivre au rythme du chantier des Passages Pasteur, un centre commercial sous verrière qui prendra place au coeur des zones piétonnes de la ville. Les perspectives futures de la cité ont notamment séduit la Fnac (2 000 m2), attirée par sa forte population estudiantine.

Régler la circulation, créer des parkings

D'autres enseignes, comme Zara ou encore H&M, seraient également prêtes à s'implanter. Un magasin d'équipement de la maison (700 m2), un autre spécialisé dans le sport (1 300 m2), une vingtaine de petites boutiques (2 300 m2 au total) et deux restaurants viendront compléter l'offre. Juxtaposé au futur centre commercial, Monoprix profitera de ce développement pour passer de 1 000 à 2 500 m2 de surface de vente. « Nous souhaitons faire des Passages Pasteur une véritable locomotive pour le centre-ville », explique Vincent Fuster, adjoint au maire de Besançon, chargé de la coordination économique et du développement local. Un parking souterrain de 250 places associé aux Passages Pasteur permettra d'améliorer l'attractivité de l'ensemble des commerces de la préfecture doubienne. « L'un des principaux objectifs du projet est d'accroître la fréquentation des chalands dans l'hypercentre, précise Jean-Louis Dabrowski, président de la CCI du Doubs. Besançon souffre en effet d'une pénurie de places de stationnement, et doit absolument améliorer la signalétique et les possibilités de parkings si elle veut dynamiser son commerce. »

Si le centre-ville doit devenir l'épicentre de son « aimantation » commerciale, Besançon axe également son attractivité sur les trois Zac situées en sortie de commune. À l'ouest, la zone de Château-Farine a augmenté de 40 % en cinq ans, pour atteindre 85 000 m2 de surface de vente. « Cette extension s'est déroulée un peu trop rapidement, nuisant à la fluidité des flux de circulation, analyse Jean-Louis Dabrowski. L'agglomération souhaite maintenant y mettre un terme et se recentrer sur un rééquilibrage des offres en périphérie. » Ainsi, la Zac des Marnières, à l'est de la ville, bénéficie d'un programme de réhabilitation complète.

Carrefour, acteur de la périphérie

La première phase, actuellement en cours, consiste à améliorer l'accessibilité du site grâce à une rénovation de la voirie. La seconde phase prévoit un accroissement des surfaces de vente, pour porter sa superficie totale de 17 000 m2 à 50 000 m2. La moitié de cette réserve immobilière sera aménagée par Carrefour qui en est le propriétaire. L'autre moitié sera équipée par la communauté de communes, d'ici à 2009.

Enfin, au nord, la Zac de Valentin dispose actuellement d'une surface de vente de 55 000 m2. L'hypermarché Carrefour du secteur vient de déposer une demande d'agrandissement du magasin et de la galerie marchande de 5 000 m2. Idéalement située en direction de la future gare TGV construite à Auxon, cette zone bénéficiera d'un afflux grandissant de clientèle. Par ailleurs, l'agglomération envisage le développement d'un centre d'affaires et de commerces autour d'Auxon. Mais, pour l'heure, le projet n'a pas dépassé le stade de la phase d'étude.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1990

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA