Best Buy: échec des discussions entre le fondateur et le "board"

|

Le fondateur, Richard Schulze, ne ferme toutefois pas la porte à une reprise ultérieure des discussions. En parallèle, un Français, Hubert Joly, actuel patron du groupe hôtelier Carlson, vient d'être désigné pour piloter le redressement du groupe.

Richard Schultz, fondateur et premier actionnaire de Best Buy, reste néanmoins dans la course pour racheter la majorité du capital de l'enseigne, mise en difficulté par la concurrence du e-commerce.
Richard Schultz, fondateur et premier actionnaire de Best Buy, reste néanmoins dans la course pour racheter la majorité du capital de l'enseigne, mise en difficulté par la concurrence du e-commerce.

Best Buy reste dans le flou. Les difficiles discussions engagées entre la direction du distributeur américain d'électronique grand public et son principal actionnaire (20% du capital), Richard Schulze, qui est également son fondateur, ont échoué. Les deux parties se sont mutuellement accusées ce lundi d'être à l'origine de ce blocage. Ambiance… "Je suis déçu et surpris par la décision du conseil d'administration de Best Buy de mettre un terme de manière abrupte à nos discussions", a déploré Richard Schulze dans un communiqué. 

"Nous nous étions engagés dans des discussions de bonne foi avec le « board » de Best Buy et ses conseillers ce week-end et nous espérions conclure sur ce sujet avant l'annonce des résultats trimestriels de la compagnie en début de semaine", a-t-il indiqué. Le fondateur de Best Buy avait rendu publique il y a deux semaines sa volonté de racheter le reste, moyennant 24 à 26 dollars par action, ce qui valoriserait le groupe entre 8,16 et 8,84 milliards de dollars. Mais la direction de Best Buy avait rejeté ses avances, estimant que sa proposition était trop floue.

L'homme d'affaires souligne que la direction de Best Buy exigeait de lui qu'il ne prenne aucune initiative pendant les 18 prochains mois. Or, "le temps est compté et il est impératif que les intérêts des actionnaires ne soient pas davantage mis en danger", a-t-il fait valoir.

De son côté, la direction de Best Buy a fait ressortir que les conditions posées à Richard Schulze étaient "de routine" et habituelles quand un groupe s'apprête à ouvrir ses livres de comptes à un possible repreneur. L’acheteur potentiel ne ferme toutefois pas la porte à une reprise ultérieure des discussions. "Je suis choqué par cette décision mais, en tant que premier actionnaire de Best Buy, je continue à espérer que le conseil d'administration s'engagera dans des discussions de bonne foi avec nous pour le plus grand bénéfice des actionnaires, des employés et des clients" du groupe, a-t-il dit.

Fin mars, Best Buy avait annoncé avoir subi une perte au quatrième trimestre et sur l'ensemble de son exercice décalé 2012, sous l'effet de la concurrence accrue des distributeurs en ligne. Il avait alors lancé un plan de réduction de coûts de 800 millions de dollars prévoyant la fermeture de magasins à grande surface aux Etats-Unis et l'ouverture de magasins de plus petite taille.

Dans un communiqué séparé, Best Buy a par ailleurs confirmé la nomination du Français Hubert Joly, actuel patron du groupe hôtelier Carlson, pour piloter le redressement du groupe. Il remplacera Brian Dunn, contraint à quitter l'entreprise en avril, après la révélation d'une relation "inappropriée" avec une salariée de 29 ans.

"La variété et la profondeur de l'expérience acquise par Hubert dans la transformation de sociétés est exactement ce dont notre compagnie a besoin actuellement, tout comme son leadership énergique, imaginatif et expérimenté dans l'exécution de ses stratégies", a commenté le président du conseil d'administration, Hatim Tyabji. Hubert Joly devrait prendre ses nouvelles fonctions début septembre, après l'obtention de son visa.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message