Bic garde ses rasoirs

|

Le fabricant de stylo ne vendra pas ses activités les moins rentables malgré une marge d'exploitation en baisse de plus de cinq points au premier trimestre

Le groupe Bic n'a l'intention de céder aucune de ses activités, et la famille Bich entend toujours rester majoritaire à son capital, affirme lundi le directeur général Mario Guevara, après une chute de la rentabilité du groupe au premier trimestre.
Le fabricant de stylos, briquets jetables, rasoirs « n'a pas l'intention de se séparer de l'un de ses métiers », assure-t-il dans le quotidien Les Echos, interrogé sur une possible vente des activités les moins rentables, comme les rasoirs.
Bic, qui a annoncé jeudi une chute de 39% de son bénéfice net au premier trimestre en raison d'importants investissements promotionnels, a aussi accusé une baisse de 5,2 points de sa marge d'exploitation, à 12,4% (25 millions d'euros) pour un chiffre d'affaires en recul de 7% à 308 millions d'euros. La marge des rasoirs s'est effondrée de 9,7 points, à 1,5%.
M. Guevara, qui dit n'avoir aucun projet de délocalisation ou de restructuration, affirme également que « la famille Bich entend toujours rester majoritaire dans son entreprise ».
Fin 2006, elle détenait 43,3% du capital de Bic, selon le site internet du groupe.
Evoquant les perspectives du groupe, Mario Guevara souligne qu'il réalise 40% de ses ventes en Amérique du Nord, où « la situation de l'économie reste difficile ».
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter