Marchés

Bic réduit ses investissements face au futur abandon d'une taxe antidumping

|

Le groupe français Bic, confronté à la prochaine suppression d'une taxe anti-dumping européenne sur les briquets chinois, a décidé de réduire ses investissements sur son unique site français de Redon (ouest), dont la quasi-totalité de la production est exportée.

"Nous allons revoir nos investissements. Comme nos ventes mondiales augmentent, nous allons augmenter nos capacités, y compris à Redon, mais pas autant que ce que nous avions prévu", a déclaré François Bich, directeur général en charge de l'activité briquet. En effet, la Commission européenne a confirmé au groupe avoir recommandé de ne pas ouvrir de procédure de renouvellement de la taxe anti-dumping sur les briquets à pierre d'origine chinoise.

Pas de "dommage" selon l'UE

Les Etats membres doivent désormais rendre un avis consultatif, et la décision doit être prise le 12 décembre. Selon une source européenne, l'UE estime que l'ouverture du marché ne causerait pas de dommage à l'industrie européenne. Cette taxe destinée à empêcher l'entrée des briquets chinois sur le marché européen est en place depuis 21 ans. D'un montant de 6,5 centimes d'euros, elle se traduit par le doublement du prix des briquets chinois. "Nous sommes déçus et nous ne comprenons pas", a relevé François Bich. Bic avait déjà menacé mi-novembre de réexaminer des investissements de plusieurs dizaines de millions d'euros pour augmenter ses capacités de production, prévus en grande partie à Redon, si la taxe n'était pas maintenue.

Petite partie produite en France

L'usine de Redon produit environ 650 millions de briquets par an, dont 95% sont exportés (30% en Europe et 65% en dehors). Le groupe français a réalisé un chiffre d'affaires de 1,82 milliard d'euros l'an dernier, dont 28% ont été générés par la vente de briquets. Moins de 15% de cette part a été réalisée en Europe.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA