Boissons

Comment se porte le marché des boissons ? Quelles sont les nouveautés ? Eaux, sodas, jus, bières, liqueurs, alcools, vins et spiritueux... Retrouvez les dernières tendances du rayon Boissons.

Bières, le boum des fûts pression

|

Il est un peu à la bière ce que le Bag-in-box est au vin : le minifût est le format qui réveille le marché. Avec une croissance de 21% l'an passé, ce bidon (2,5% du marché de la bière en volume, 4% en valeur), toujours de 5 litres, fait des émules. Ainsi, Kronenbourg vient d'investir dans une nouvelle technologie sur les fûts de ses deux marques phares : Kronenbourg et 1664. Tous deux intègrent un système de pression et une poignée de tirage prête à l'emploi plus performants que la technologie gravitaire (avec le robinet en bas du fût), en termes de qualité de bière et de durée de vie du produit une fois ouvert.

 

Objectif, 30% du marché dans les trois ans

Avec ce procédé, l'objectif de la filiale de Carlsberg est d'atteindre 30 % de part de marché d'ici à 2014. Mais, pour le moment, son concurrent Heineken règne en maître sur le fût pression : à fin juin, il en a écoulé 83 000 hectolitres, soit 21% de plus en un an et détient une part de marché volume de 91% sur ce segment. Et pour cause. Si le brasseur alsacien Météor avait lancé son premier fût dès 1988, Heineken a vraiment fait décoller le marché avec sa machine Beertender et ses fûts adaptés. C'était en 2006. Aujourd'hui, tous les fûts d'Heineken et des autres s'utilisent sans machine, mais nombre de consommateurs pensent encore qu'il faut en être équipé. Kronenbourg compte lever ce frein à l'achat en mentionnant « s'utilise sans machine » sur le fût.

À noter que les acheteurs de ce format se comportent de deux manières : ceux qui consomment de la bière tous les jours et ceux qui en ouvrent à l'occasion d'une fête ou d'un barbecue. Ces derniers, plus nombreux, font que les ventes de fûts pression restent sensibles aux rayons du soleil. Toutefois, ils ne craignent pas d'acheter un produit cher. En moyenne, le litre de bière atteint 3 € en fût, soit au moins 30% de plus qu'en canettes.

Technologie gravitaire

Le brasseur alsacien Météor distribue deux fûts pression de 5 l : Météor Pils et sa bière de Noël. Cet acteur local détient 6,5% du marché dans le quart nord-est de la France. Ces fûts sont gravitaires (sans système de pression intégrée) et sont vendus environ 10 €, ce qui est moins que la moyenne du marché (15 €).

 

Système de pression intégrée

Kronenbourg change de technologie. Il a abandonné la technologie gravitaire (un robinet en bas du fût) et opté pour la pression intégrée. Grâce à sa cartouche libérant du CO2 au fur et à mesure des tirages, celle-ci permet de conserver les qualités organoleptiques de la bière pendant trente jours après ouverture du fût. Celui de 1664 est vendu environ 15,60 €.

 

 

Le rituel à domicile

Mi-août, Pernod a lancé un cube bar, un coffret contenant tous les ustensiles du rituel de consommation de l'absinthe : deux verres, deux cuillères, une fontaine à eau fraîche accompagne la bouteille d'Absinthe supérieure de Pernod. Tous ces objets ont été dessinés par un designer en vogue.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Eaux, sodas, jus, bières, vins, liqueurs et spiritueux : chaque semaine recevez les dernières infos et nouveautés du rayon Boissons.

Ne plus voir ce message