BigBoss Summer Edition 2016 : 3 jours de networking au soleil pour les patrons du e-commerce

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

180 patrons du e-commerce et du digital et 60 prestataires se sont réunis pendant trois jours en Crète dans le cadre de la BigBoss Summer Edition 2016. Objectif : tisser des liens et identifier de nouveaux partenaires. Un week-end convivial mais orienté business et networking.

Les 330 participants de la BigBoss Summer Edition 2016 réunis le samedi 4 juin pour une soirée blanche.
Les 330 participants de la BigBoss Summer Edition 2016 réunis le samedi 4 juin pour une soirée blanche. © Les BigBoss

La Crète, le soleil, la mer… La BigBoss Summer Edition 2016 s’est déroulée du 3 au 5 juin à l’hôtel Capsis Elite Resort Out of the Blue. Au total, deux avions ont été spécialement affrétés pour transporter les 330 participants de cette 6e édition organisée par DGTV et Ô Voyages. A l’aéroport le vendredi matin, la bonne humeur et la convivialité étaient déjà de la partie. Mais malgré des airs "Les Bronzés", les événements des BigBoss ont un intérêt business et networking.

Trois jours de networking
Dès l’arrivée à l’hôtel le vendredi, après un déjeuner rapide,  deux "speed meeting" d’une heure rythment l’après-midi. Pour ce 6e opus, 2000 rendez-vous de 5 minutes ont été organisés entre 180 patrons du e-commerce (nommés les "big boss", ou annonceurs) et 60 prestataires. Chaque big boss s’engage à rencontrer au moins 13 prestataires, "soit l’équivalent de 9 mois de rendez-vous", précise Hervé Bloch. Objectif : trouver des prestataires qui correspondent aux attentes des responsables digitaux et échanger entre pairs. "Cela génère en moyenne un à deux deals par 'big boss' et 6 deals par prestataires", poursuit le chef de village. "Au bout de 5 min, quand je tape sur le gong et que je frustre et le big boss et le prestataire, j’ai gagné car ils vont se revoir pendant le week-end", raconte Hervé Bloch.

Et les big boss invités semblent satisfaits : "Nous sommes sollicités toute l’année par des prestataires à qui nous n’avons pas le temps de répondre. Ce format nous permet de concentrer les rencontres et de gagner un temps fou", explique l’un des membres du jury. "C’est la première fois que je viens, témoigne de son côté Sophie Fécamp, directrice de Tatit.fr. Le fait d’être membre du jury m’a permis d’élargir mon éventail de connaissances. J’ai échangé avec les représentants de Foncia, de L’Oréal : nous avons les mêmes problématiques." Et Hervé Bloch : d’ajouter : "Les big boss, c’est 3 fois plus d’annonceurs que de prestataires, il se crée des relations très privilégiées entre annonceurs. Du coup, ils se challengent eux-mêmes. Et au-delà du fait que les annonceurs doivent jouer le jeu, c’est le prestataire qui répond à une solution d’un annonceur et pas l’inverse. Du coup, il y a un intérêt." Un moyen aussi de rencontrer de nouvelles start-up.

De 2 à 4 événements annuels

Afin de renforcer le ROI et de multiplier rencontres et échanges, Hervé Bloch s’attache à renouveler, à chaque édition, 50% des participants estampillés "big boss", tous invités, et 26% des prestataires, sponsors.  Et cela semble fonctionner : de deux événements annuels, Hervé Bloch souhaite passer à quatre week-ends dès 2017, avec deux nouvelles versions "Spring" et "Fall", au format plus retsreint mais plus VIP. Hervé Bloch conclut : "Je n’ai pas atteint le maximum, je dois encore aller chercher des "big boss" qui sont dans la peur."

Vidéo officielle de la BigBoss Summer Edition 2016

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA