Bilan : Georges Plassat raille les « hauts dirigeants » de Carrefour

|

Pour sa première intervention devant les syndicats, réunis en comité de groupe, jeudi 10 mai, Georges Plassat, actuel directeur général délégué et futur président de Carrefour, a tapé fort. Selon des témoins, il a estimé avoir trouvé « une société hébétée [...], repliée sur elle-même [...]. Des établissements vieillissants [...]. Je vois des choses que je ne comprends pas, comme des objectifs de perte dans les produits frais. Nous avons des contrôleurs de gestion dans tous les sens, plus de 450 ! C'est une entreprise qui passe son temps à se contrôler ».

L'ex-patron de Casino, de Carrefour Espagne, puis de Vivarte, a aussi stigmatisé « l'incompétence des hauts dirigeants » dont le groupe aurait été victime : « Nous ne réagissions plus comme des commerçants, mais comme des industriels qui font du business. » Lars Olofsson, transfuge de Nestlé et encore président du groupe jusqu'au 18 juin, ainsi que la cohorte de cadres venus de l'industrie qu'il a recrutés chez Carrefour, ont dû apprécier !

Georges Plassat s'est également interrogé sur la bonne utilisation des 450 M € injectés dans la publicité, préférant en priorité qu'« on investisse dans les prix et les métiers ». Avant de livrer son analyse de la concurrence et de la place de Carrefour : « On ne peut pas avoir les prix de Leclerc, la proximité de Super U, les choix d'Auchan. Carrefour est une société du centre. » Le centre ? Pas facile à tenir comme positionnement !

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2228

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Nos formations