Marchés

Billet : faut-il cacher la MDD sur les produits de fête ?

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Vins, alcools et chocolats de Noël, les distributeurs hésitent à laisser leur nom sur les emballages de ces produits de peur de les banaliser. Ils rivalisent d'astuces pour les signer discrètement.


Casino et Leclerc ne font pas autre chose quand ils apposent un sticker amovible sur leurs emballages de chocolats saisonniers. Le nom du distributeur est imprimé sur l'adhésif pour donner une caution en linéaire au moment de l'achat, mas il peut être escamoté par le client avant de présenter la boîte sur la table de Nöel ou... de l'offrir à des amis. Ne subsiste alors sur le packaging que la marque ombrelle (Beaumesnil chez Casino et Ecuador chez Leclerc, ndlr) jugée moins prosaïque.

Le rayon vin éprouve d'autres techniques d'esquive, dont une est une variante du sticker. Bon nombre de distributeurs apposent une collerette avec leur nom sur le goulot de la bouteille. Une fois retirée, seul le nom imprimé sur l'étiquette de la bouteille - une marque inventée souvent inspirée de noms de châteaux ou de hauts-lieux- demeure.

Mais c'est sans doute Auchan qui remporte le premier prix de ce jeu de cache-cache. En signant son vin Pierre Chanau, le distributeur nordiste semble mettre en avant un producteur local qu'il aurait déniché. En fait, il ne fait que cacher de manière amusante son propre nom derrière une anagramme !
Olivier Bitoun, à Amsterdam

A lire aussi
Oser signer son vin en marque de distributeur
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA