Bio c’Bon : ce que nous savons de l’offre de Bernardo Sanchez Incera et Naturalia

|

Pour racheter Bio c’Bon, Bernardo Sanchez Incera et son fils, Xavier, proposent une coopération avec Naturalia.  

Bio C'Bon bénéficierait d'un contrat d'approvisionnement non exclusif avec Naturalia
Bio C'Bon bénéficierait d'un contrat d'approvisionnement non exclusif avec Naturalia© © Laetitia Duarte

Les offres se multiplient pour Bio C’Bon. Le Tribunal de commerce de Paris devra notamment choisir entre Auchan, Carrefour, Biocoop, la famille Zouari et celle de Naturalia avec Bernardo Sanchez Incera. Naturalia, l'enseigne bio du groupe Casino, a en effet déposé une offre de reprise de Bio’C Bon (120 points de vente en France pour 130 millions d'euros de chiffre d'affaires). Il s'agit d'une "offre conjointe" avec un acteur bien connu de la distribution française, Bernardo Sanchez Incera, ancien dirigeant de Monoprix (de 2004 à 2009), de Zara France, et plus récemment directeur général délégué de Société Générale. Ce dernier étant associé avec son fils, Xavier. A noter que c’est justement Bernardo Sanchez Incera qui en 2008 a réalisé l’acquisition de Naturalia par le Groupe Monoprix.

Concrètement, il s’agirait d’une coopération entre Naturalia et la famille Sanchez Incera. L’idée serait de  préserver l’enseigne, la marque, son identité et ses valeurs. En reprenant Bio C'Bon, Bernardo Sanchez Incera serait donc dans une logique patrimoniale de développement à long terme et compterait faire profiter le réseau Bio C'Bon de son savoir-faire en préservant les savoir-faire et compétence des équipes de Bio c’Bon.

Un contrat d'approvisionnement non exclusif

Bio C'Bon, tout en restant une société indépendante commercialement et du point de vue actionnarial, bénéficierait d'un contrat d'approvisionnement non exclusif avec Naturalia, ce qui lui permettrait d’obtenir de meilleures conditions d'achats.

Près de 90 magasins serait repris sur les 120 que compte le réseau, dont les 2/3 resteraient sous enseigne Bio c’Bon repris par Bernardo Sanchez Incera, principalement en Ile-de-France et en région PACA. Le tiers restant aurait vocation à être transformé en magasins Naturalia, pour permettre à l’enseigne de s’implanter dans des villes où celle-ci n’est pas encore présente comme Rouen, Poitiers, Chambéry ou Amiens.

Le partenariat avec Naturalia serait également favorable socialement. Avec une reprise de 85% des effectifs magasins et de 100% des effectifs magasins en Ile-de- France, il serait proposé des reclassements pour les salariés des magasins non retenus. Au siège, une majorité des équipes serait repris par Bernardo Sanchez Incera ou par Naturalia avec des propositions de reclassement. En entrepôts, une majorité des effectifs entrepôts serait reclassé dans le groupe Monoprix.

Finalement, les défenseurs de ce projet insisteraient sur le fait qu’ils seraient les seuls, avec l’offre de la famille Zouari, à préserver l'indépendance de la marque Bio C'Bon. Mais qu’ils apporteraient en plus l'avantage de traiter des problèmes cruciaux de Bio C'Bon. C’est--à-dire les coûts logistiques importants et un volume d'achats insuffisant pour assurer la rentabilité de l'enseigne.

Possibilité d'améliorer son offre

Ce sera au final Tribunal de commerce de Paris de choisir l'offre la mieux disante concernant la pérennité de l'entreprise et le nombre d'emplois  maintenus, sans doute d'ici avant la mi-octobre. En sachant que les repreneurs intéressés peuvent encore améliorer leur proposition avant la date d'audience d'examen des offres.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter