Blancheporte cédée à son directeur général

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Le Groupe 3SI a annoncé la cession de Blancheporte à son directeur général depuis 2009, Franck Duriez ainsi qu'à son comité de direction. Une opération qui n'est pas sans rappeler le destin de La Redoute.

Le site Blancheporte compte 2 millions de visiteurs uniques par mois
Le site Blancheporte compte 2 millions de visiteurs uniques par mois

C’est la fin d’un processus de négociations ayant débuté en juin 2015. Le Groupe 3SI, propriétaire notamment de 3Suisses, vient de signer la cession de l’e-marchand Blancheporte à Franck Duriez, directeur général de l’enseigne depuis 2009, ainis qu'à son comité de direction. Le montant de l’opération n’a pas été communiqué, et l’entreprise se refuse à tout commentaire pour le moment. La cession sera effective dès le 1er avril 2016, et prévoit une reprise de 100% de l’effectif salarial. Blancheporte se revendique comme le premier site français’ mode et maison’ destiné aux jeunes seniors. Avec des collections actualisées au fil des saisons, des produits exclusifs web et une offre partenaire complémentaire, Blancheporte revendique une mode accessible, conçue pour les femmes, qui la cinquantaine passée, ont envie d’un style qui leur ressemble.

La moitié des ventes réalisées en ligne

Résolument tournée vers le e-commerce, l’enseigne réunit sur son site 2 millions de visiteurs uniques par mois et réalise près de 50% de ses ventes sur Internet, dont 15% sur tablettes et smartphones. L’entreprise y voit une confirmation du succès de la mutation engagée depuis plusieurs années, pour ce Vadiste historique qui a vu le jour en 1806. « Aujourd’hui de retour à l’équilibre et engagée dans une véritable dynamique digitale, Blancheporte est armée pour conforter ses positions sur les marchés porteurs du e-commerce et des jeunes seniors, positions que Franck Duriez et son équipe ont su conquérir et sauront développer », indique Everett Hutt, directeur Général du groupe 3SI. En 2013, Blancheporte revendiquait un chiffre d’affaires de 200 millions d’euros (dont 40% sur Internet).

Un écho à La redoute

Le scénario n’est pas sans rappeler celui de la cession de La Redoute par le groupe Kering en 2014, à ses dirigeants Nathalie Balla et Eric Courteille.  Les deux coprésidents n’avaient pas attendu l'officialisation de la revente pour mettre en place leur plan d’action. Baptisé "plan 2017", censé permettre à La Redoute de sortir du rouge à cette date. Il prévoyait notamment l’arrêt définitif du gros catalogue papier présentant les produits vendus par l’entreprise, qu’une restructuration globale de l’offre et du rythme des collections.

 

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.
X

Recevez chaque matin tous les faits marquants sur les stratégies digitales, omnicanales et e-commerce des distributeurs et sur les solutions technologiques conçues pour les accompagner.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA