Blue Capital n'a pas cherché à monter dans Carrefour

|

Dans un entretien au « Figaro », Bernard Bontoux, représentant des Halley au conseil de surveillance de Carrefour, affirme que Blue Capital, société qui regroupe les participations de Colony et de Bernard Arnault, n'a pas sollicité les Halley pour racheter leur bloc d'actions. L'opération lui aurait fait profiter des droits de vote double lié à cette participation. « Cela ne diminue en rien le renforcement de la stratégie de Colony et de son influence dans Carrefour », estime un analyste, d'autant que Bernard Bontoux confirme la volonté de certains membres de la famille Halley de reprendre leur liberté, afin de « diversifier leur patrimoine ». À l'en croire, il ne faut pas s'attendre à des bouleversements : Bernard Bontoux rappelle que le cours de l'action, autour de 45 E, est encore nettement sous-évalué. Autrement dit, le moment serait mal choisi pour vendre massivement. Pas de changement non plus du côté de la présidence au conseil de surveillance : le mandat de Robert Halley court jusqu'en mai 2009. Enfin, statu quo implicite pour le management : « la stratégie a obtenu l'adhésion de tous les actionnaires. »

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2036

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous