Bonbons et chocolat gardent la forme

|

Heureusement que ces deux segments - notamment les tablettes de chocolat - continuent de séduire les consommateurs, ce qui compense la méforme des autres catégories comme les chewing-gums.

La tendance acidulée n’en finit plus, avec un chamallow au goût de Tagada Pink.
La tendance acidulée n’en finit plus, avec un chamallow au goût de Tagada Pink.

Bon an mal an, les vendeurs de caramels, tablettes de chocolat et autres sucreries avaient pris l'habitude de voir leur chiffre d'affaires

LES CHIFFRES

  • 3,49 Mrds € Le chiffre d'affaires
  • + 0% L'évolution en valeur
  • - 0,8% L'évolution en volume

Données en CAM à fin juin 2013, évolution vs en 2012 Source : Iri

progresser timidement mais régulièrement, aidés par l'attrait des consommateurs pour les douceurs et des prix somme toute très raisonnables. Mais, pour la première fois depuis longtemps, les ventes ont marqué un coup d'arrêt. Y a-t-il matière à s'inquiéter, ou ce coup de mou est-il passager ?

À y regarder de plus près, tout le monde est en recul, à l'exception des tablettes de chocolat, et surtout des bonbons qui permettent

LES DATES

  • OCTOBRE 2012 Kraft Foods (Malabar, Carambar et autres) change de nom et devient Mondelez International.
  • AVRIL 2013 Tic Tac propose aux internautes de créer des décors personnalisés pour les packagings de ses boîtes.
  • FÉVRIER 2013 Nestlé Grand Chocolat lance l'offensive sur ses tablettes de chocolat adulte.

d'amortir sérieusement la chute. « Sur les bonbons adultes, famille et enfants, on pourrait croire le marché mature. Mais il est en réalité très dynamique, notamment grâce à une activation forte des intervenants », souligne Frédéric Bistarelli, directeur marketing de Lutti. Les bonbons profitent notamment de l'attrait toujours plus important pour l'acide, qui est devenu le pilier du marché. Et l'arrivée d'Haribo sur ce segment il y a trois ans a donné un nouveau coup d'accélérateur à l'ensemble.

Mais ce n'est qu'un des fers au feu déployés par Haribo. « Nous sommes en croissance sur notre marché car nous prenons plusieurs initiatives chaque année. L'échec d'une d'entre elles est effacé par la réussite des autres », justifie Jean-Philippe André, président du directoire d'Haribo France. Prenons l'exemple de la fraise Tagada, qui a été déclinée en rose avec Tagada Pink, lancée en 2010. Aujourd'hui cette version représente de 25 à 30% des volumes de sa grande soeur. Et l'aventure de la fraise Tagada n'est pas terminée, avec l'arrivée récente de la Tagada Purple. L'apport des licences n'est pas négligeable, et vient dynamiser les ventes (Lapins crétins et Maya l'abeille pour Lutti, Schtroumpf pour Haribo).

 

De plus en plus de tablettes

 

De manière globale, le rayon des bonbons pour enfants n'a cessé de gagner de la place, passant de 32 à 35 mètres linéaires en deux ans. Mais cette vitalité ne suffit pas à masquer la déroute d'autres domaines comme les chewing-gums, qui continuent de corriger les excès tarifaires du milieu des années 2000. Sur les tablettes de chocolat, Nestlé, quatrième intervenant du segment adulte, dispose de trois à quatre fois moins de références que ses concurrents, mais l'écart est appelé à se réduire. L'inflation du nombre de références est, d'ailleurs, de mise pour la confiserie, avec 2% de produits en plus depuis un an, mais de fortes disparités avec notamment une réduction 4% dans les chewing-gums, et le chiffre inverse dans les tablettes de chocolat.

LES TENDANCES

  • Toujours plus de licences Chamallows Schtroumpfs chez Haribo, Lapins crétins pour Lutti, l'utilisation de licences reste une valeur sûre pour capter l'attention des enfants et les achats des parents.
  • La chute du chewing-gum L'âge d'or des bulles n'est plus qu'un vague souvenir, avec une nouvelle année de recul.
  • Petite forme pour les tablettes de chocolat. Leur progression a été beaucoup plus timide que d'habitude.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° HSPGC2013

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Nos formations