Bonduelle frôle les 2 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2014 et fourmille de projets de développement

|

Le groupe familial a réalisé une année exceptionnelle avec une croissance rentable mais un fort impact des devises sur le résultat. Le chiffre d'affaires s'élève à 1,9 milliard d'euros (+1,3 % en publié). Des opérations de croissances externes et de diversifications des activités sont en cours.  

Christophe Bonduelle - portrait - groupe - président directeur général
Christophe Bonduelle - portrait - groupe - président directeur général© DR

La vie est belle pour Bonduelle. Outre l'impact des devises sur le chiffre d'affaires, qui s'élève à 1,9 milliard d'euros (+1,3 %), les activités du groupe sur toutes les zones géographiques sont en croissance. La conserve qui représente 53 % du chiffre d'affaires progresse de 6,7 %, les surgelés (28 % du chiffre d'affaires) en hausse de 5,9 % et le frais (19 %), en croissance de 1,5 %. Par zone, « l'Europe, 66 % du chiffre d'affaires du groupe, est en progression de 5,5 % et dépasse les objectifs annoncés. Hors Europe, les effets de change ont eu un fort impact avec une croissance de 0,9 % en publié mais de 12,4 % en comparable. Mais nous notons une importante rentabilité sur cette zone », confie Christophe Bonduelle, PDG de Bonduelle.

Des investissements industriels

Sur l'ensemble des business units, les performances sont satisfaisantes. Sur Bonduelle Europe Long Life (conserve et surgelé Europe), les marques et les MDD Bonduelle sont en croissance quand le marché recule. Cassegrain est devenue leader en France sur les conserves et le groupe investit dans une ligne pour l'autoproduction de boites vides sur un site en Hongrie afin de créer de la valeur. « Nous allons ainsi fabriquer une partie de nos boites et la rentabilité attendue sur cet outil est très importante », ajoute Christophe Bonduelle. Sur la division Bonduelle Fresh Europe (salade en sachet et traiteur en Europe), l'entreprise enregistre des croissances à deux chiffres en France (+10,5 %) mais l'Italie et l'Allemagne sont des marchés plus difficiles (respectivement -3,6 % et -5 %). En revanche pour accélérer sa croissance sur le snacking, Bonduelle se développe sur les salades consistantes avec un plateau repas afin de venir concurrencer Sodebo sur ce marché. « Nous avons lancé cette gamme en avril avec quatre références et nous l'étendons à six », détaille le président.

Nouvelle implantation au Canada

De l'autre côté de l'Atlantique, aux Etats-Unis-Canada sur les conserves et les surgelés, le groupe a investit sur deux lignes de production : Fairwater (5 millions de dollars) et Bedford (1 millions de dollars) pour renforcer sa compétitivité. Par ailleurs, Bonduelle qui est basé uniquement sur la partie Nord-Est du continent a racheté la semaine dernière au distributeur Sobeys un site de production de légumes surgelés à Lethbridge, situé à l'ouest du Canada, pour 6 millions de dollars. « Nous allons pouvoir développer les ventes à l'ouest du Canada et exporter vers les USA. Par ailleurs nous avons signé un contrat d'exclusivité avec Sobeys pour le légume, conserves et surgelés, au Canada », se félicite Christophe Bonduelle. Enfin, sur le reste du monde et la Russie, les activités sont également en croissance. L'embargo russe a eu un effet très limité pour Bonduelle car la plupart des ventes de la zone sont produites sur place.

Développer les canaux de vente

Pour l'exercice 2014-2015, le groupe table sur une croissance de 3 à 6 % à taux de change et périmètre constants. Des prévisions en ligne avec son projet de développement VegeGo à l'horizon 2025 pour arriver à un chiffre d'affaires de 3,5 milliards d'euros. Dans le souci de développement, l'entreprise s'essaye à de nouveaux canaux de vente comme la boutique à Villeneuve-d'Ascq et la mise en place d'un site e-commerce depuis 15 jours pour Cassegrain. « Nous explorons différentes stratégies marketing mais la légitimité de nos produits sera toujours guidée par le consommateur », explique Christophe Bonduelle. Le groupe, qui compte augmenter ses investissements marketing de 5 à 10 % pour 2015, va mettre le paquet sur le digital et a déjà créé une équipe dédiée de dix personnes.

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Nos formations