Boulanger, Lenovo, Walmart, retour sur les pires bad buzz 2015

|

Campagnes de publicité mensongères, sexistes ou racistes… Au total, pas moins de 109 bad buzz ont été répertoriés en 2015 par Visibrain, agence qui gère la réputation de grands noms dans le commerce. Parmi les mauvais élèves figurent, en bonne position, les distributeurs et marques de grande consommation. Retour sur une année 2015 mouvementée.

Parmi les 109 bad buzz recensés en 2015, 94 % ont débuté sur le réseau social Twitter.
Parmi les 109 bad buzz recensés en 2015, 94 % ont débuté sur le réseau social Twitter.© Kaspars Grinvalds - Fotolia

« En général, ça débute sur Twitter. Une photo ou un commentaire est posté sur ce réseau social qui est le plus utilisé pour manifester son mécontentement. De là, nous analysons l’ampleur de la crise : si elle est éphémère, c’est-à-dire si elle ne dure pas plus d’une journée, si elle fait perdre de l’argent à l’entreprise critiquée ou si, stade ultime, le relai médiatique fait effet boule de neige », relate Nicolas Vanderbiest, chercheur à l’université catholique de Louvain, en Belgique. Au total, cet expert de la communication virale, qui travaille en collaboration avec l’agence Visibrain, a recensé pas moins de 109 bad buzz en 2015 –un record !- dont 4 % entraine un emballement médiatique. A l'origine de ces ratés, la distribution et la grande consommation ne sont pas en reste.

Répartition des secteurs d’activité touchés par des crises :

Pire, 78 % de ces mauvaises publicités seraient nées d’une erreur de communication ou du marketing émanant des marques elles-mêmes ! Bien sûr, le spécialiste ne résiste pas à l’envie d’étayer ses propos. Sélection de trois exemples de bad buzz marquants dans le retail en 2015 :

1. Lenovo épinglé pour son logiciel facilitant les pubilicités

Selon Nicolas Vanderbiest, c’est LE bad buz le plus retentissant dans le secteur des biens de grande consommation en 2015. Lenovo, la griffe chinoise de produits high-tech, a été prise la main dans le sac après avoir préintallé sur ses ordinateurs un logiciel nommé « Superfish ». Celui-ci permettait d’injecter des publicités dans les résultats des requêtes sur Google, Internet Explorer et Chrome. 220 000 tweets plus tard (voir ci-dessous), la marque a enfin pris le problème à bras le corps en corrigeant le tir et en s’excusant platement.

2. Boulanger et les jouets Bart Smit au top... du sexisme

Motif récurrent de critiques adressées aux marques, les produits et campagnes jugés sexistes. La chaine de magasin de jouet néerlandaise Bart Smit a commercialisé un miroir télescopique pour pouvoir regarder sous les jupes des filles. Il a été retiré suite à l’émoi suscité sur Internet.

Chez Boulanger, le "cadeau de Noël de rêve pour madame" n'est autre qu' un fer à repasser… Devant ce tollé sur Twitter, le distributeur a réagi. Voici sa réponse:

Pour rappel, au mois d’avril 2015 , Boulanger s’est fait épingler par la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) pour des fichiers clients en interne où les vendeurs annotaient des commentaires discriminatoires.

3. Walmart et les produits d’entretien Clorox un brin racistes

Deux exemples de dérapages racistes ont enfin été relevés par le specialiste des emballements viraux. Le distributeur américain Walmart a proposé dans ses rayons des déguisements plus que douteux : un costume de soldats israëlien pour bambins et un autre destiné aux adultes, avec voile et grand nez…

Les produits d’entretien canadiens Clorox ont quant à eux réagi de façon très curieuse aux nouveaux emojis multiculturelles proposées par Apple. « Les nouveaux emojis sont OK, mais où est la javel ? » Les internautes ont crié au scandale…

 

Infographie récapitulative des bad buzz en 2015 :

 

1 commentaire

mr mir

20/01/2016 00h06 - mr mir

ce ne sont pas les vendeurs qui annotaient des commentaires mais au quelques techniciens SAV malhonnetes , comme cela peut arriver dans tout les corps de metiers. merci de verifier vos sources.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nos formations

X

Recevez chaque semaine les actualités du marketing et de la communication online et offline des marques et des distributeurs.

Ne plus voir ce message