Bourgogne-Franche-Comté : le terroir en avant

Bourgogne-Franche-Comté : le terroir en avant

Ces deux-là étaient faites pour s’entendre. Bourgogne et Franche-Comté ont fusionné sans trop de heurts, tant les deux anciennes régions avaient de points communs. Son PIB, 72,6 milliards d’euros, la place au 11e rang des régions. Avec 2,8 millions d’habitants répartis sur huit départements (Côte-d’Or, Doubs, Jura, Nièvre, Haute-Saône, Saône-et-Loire, Yonne et Territoire de Belfort), la nouvelle région s’étale sur 47 784 km².

La moitié de l’espace est consacré aux productions agricoles et à l’élevage, et un tiers à la forêt. Les grandes cultures, la viticulture, les producteurs de lait, viande et volaille, alimentent une filière agroalimentaire composée surtout de PME et de quelques poids lourds, comme les fromageries Bel dans le Jura, ou le volailler LDC en Saône-et-Loire. L’agroalimentaire représente 12 % d’une industrie manufacturière encore puissante, avec la filière automobile.

Traditions modernisées

Dans ce terroir de traditions, AOC, AOP et IGP se comptent par dizaines en matière de fromages, viandes et salaisons. Les vins de Bourgogne et du Jura totalisent 107 AOC ! « Ces labels sont un atout, mais en matière d’innovation, ils limitent le champ d’expérimentation », rappelle Jean-Jacques Bret. L’ancien directeur du Comité interprofessionnel du gruyère de comté, premier fromage français avec 58 000 tonnes par an, préside l’association Entreprises alimentaires de Bourgogne-Franche-Comté, issue du rapprochement de l’Ariatt franc-comtoise et de l’Aria bourguignonne. « Dans un produit traditionnel, il est toujours possible d’innover autour du produit, dans le packaging, la présentation, le mode de consommation ou les spécialités », poursuit Jean-Jacques Bret. Le recours à la connaissance scientifique du produit et de son process de fabrication étant la base pour innover.

Un point confirmé par Didier Lincet, à la tête d’une PME familiale bourguignonne, première productrice de chaource et d’autres fromages régionaux. « Nous avons réalisé un emballage sous cloche d’époisses et effectué des tests de vieillissement sur quatre-vingt-dix jours en vue d’améliorer la conservation », précise-t-il.

Dans une activité aussi traditionnelle que la production de comté, l’innovation peut aussi prendre la forme d’une nouvelle spécialité fromagère, à l’image du Moelleux d’Arinthod. « C’est un fromage carré à pâte molle fabriqué à partir du surplus de lait collecté, avec un temps d’affinage de quinze jours », note Christian Comte, le président de la coopérative fromagère d’Arinthod.

Sur des marchés très concurrentiels

L’originalité consiste aussi à associer deux produits traditionnels de régions différentes. « Afin de relancer l’intérêt pour les saucisses IGP de Franche-Comté, j’ai eu l’idée de les associer avec des plats de terroir, dans des conserves prêtes à consommer », note Marc Schneider, responsable de la Maison Barbier. Une recette gagnante.

Dans le secteur non alimentaire, la typologie des entreprises reste similaire, avec des PME souvent anciennes, installées sur des marchés traditionnels devenus très concurrentiels sous l’effet de la mondialisation. Pour la Compagnie Dumas, entreprise familiale centenaire fabriquant des articles de petite literie, innover consiste à recentrer le produit dans sa fonction. « Pour notre marque Petit Meunier, nous avons mis au point un questionnaire orientant le client parmi une gamme de six oreillers répondant à des critères de morphologie et de position d’endormissement : cette approche fait gagner vingt-quatre minutes de sommeil par nuit », explique, étude scientifique à l’appui, Édouard Dumas, le directeur de la PME bourguignonne.

Tout aussi ancienne, Ulmann fabrique des tableaux d’école et des fournitures scolaires. La PME a lancé By Ulmann. « Les innovations concernent la fonctionnalité des produits : l’ardoise devient pupitre, la boîte de gouache comprend un gobelet pliable au rebord en dentelle pouvant maintenir un pinceau… », détaille Christine Prégermain, marketing manager. L’innovation est désormais une clé de la compétitivité des PME de la région.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2429

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Appels d’offres

Accéder à tous les appels d’offres