BOURSE

L'avis de lsa

Pour la deuxième année de suite, la distribution alimentaire a perdu son statut de secteur refuge en 2004. Seules 11 valeurs sur 22 terminent en hausse. Et celles qui progressent affichent souvent des performances inférieures à leur indice boursier de référence. Plus inquiétant, certains titres ont été durement sanctionnés, comme Carrefour, Casino, Laurus, et Sainsbury. Les groupes européens payent la facture de la guerre des prix qui plombe leurs résultats. À ce contexte difficile, la France ajoute le spectre d'une réforme de la loi Galland. Quant à la Grande-Bretagne, les investisseurs sanctionnent Sainsbury pour son apathie face à l'agressivité commerciale de Tesco et d'Asda et au renforcement de Morrisson, qui a réussi un joli coup en rachetant Safeway. Quelques distributeurs échappent au marasme. Colryut, Delhaize et Target progressent grâce à de bons résultats. Les deux derniers profitent de la bonne tenue de la consommation aux États-Unis. Et que dire de Tesco qui semble réussir tout ce qu'il touche et qui s'affirme comme le modèle et peut-être bientôt l'ogre de la distribution européenne ?

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1889

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

Nos formations