Brandt individualise ses marques

Le numéro un français de l'électroménager vient de répartir ses six grandes marques en deux pôles. Objectif : clarifier l'offre en magasin.

Après une année 1998 en demi- teinte, Brandt vient de rassembler ses équipes marketing en un seul pôle multimarque et de créer deux pôles commerciaux. Le premier regroupe les marques grand public : Brandt, Thomson, Vedette. Le second rassemble les marques orientées vers le marché de l'encastrable : De Dietrich, Sauter et Thermor. Pour Moïc Toulemonde, président du directoire, « le ralentissement de la croissance de consommation exigeait de faire jouer davantage les synergies tout en accentuant la différenciation entre nos marques souvent présentes dans les mêmes magasins ».

Le groupe réorganise sa propre concurrence

Ainsi, Vedette reste l'entrée de gamme orientée vers les jeunes, Brandt la généraliste et Thomson conserve son image technologique. Quant à Sauter, De Dietrich et Thermor, elles couvrent tous les segments de l'encastrable. Le changement se niche dans la définition de nouveaux produits.

Le groupe Brandt a adopté les méthodes de rationalisation de l'automobile. Son tout nouveau lave-vaisselle, au nom de code LV4, servira de test. À partir d'une structure identique, produite à Esswein en Vendée, l'industriel adjoindra des portes et des bandeaux au design différent, des accessoires et des fonctions spécifiques. En France, la gamme s'étalera du 1er au 4e quartile, de 2 490 F et 5 490 F. « Le résultat doit permettre une meilleure différenciation des appareils en magasin ; le consommateur ne pourra plus deviner que les modèles de nos six marques sortent de la même usine », explique Alain Guermeur, directeur de la division lavage.

Ce nouveau lave-vaisselle affiche de bonnes performances en matière d'économie d'eau et d'électricité, de modularité de ses paniers et d'un faible niveau sonore (48dBa pour les versions les plus performantes). Un budget de recherche et développement de 100 millions de francs a été investi sur ce seul produit. Mais les objectifs de ventes sont ambitieux : 450 000 unités par an, soit 10 % des volumes européens, au lieu des 360 000 unités vendues actuellement. Le leader français montre ainsi une volonté offensive, indispensable pour préserver ses parts de marché, y compris dans son pré carré.
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1617

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous