Marchés

Brandt invente le pressing à domicile

|

Le Driron sèche et repasse le linge avec un résultat professionnel pour un minimum d'efforts. Une innovation stratégique pour le groupe, qui a prévu un lancement mondial.

« C'est une petite révolution dans l'univers du gros électroménager, mais un grand pas pour les consommateurs »,

s'enthousiasme Julien Poiroux, chef de marché lavage de Fagor-Brandt en présentant le Driron. Fruit de huit années de recherche et développement, l'appareil, de la taille d'un réfrigérateur, est le premier hybride mi-sèche linge, mi-centrale vapeur.

Un minimum d'efforts

Avec lui, le repassage, jugé par 63 % des Français comme l'une des trois corvées ménagères les plus ingrates avec « laver le sol » et « faire la poussière », ne sera plus qu'un mauvais souvenir ! Les solutions de défroissage proposées jusqu'alors abondent, à l'instar du lave-linge vapeur de LG, du sèche-linge vapeur d'Electrolux Arthur Martin, de la table de repassage ultraperformante de Philips ou du Dressman de Siemens. Mais aucune n'allait aussi loin. Inspirée des systèmes utilisés par les professionnels de l'hôtellerie, l'armoire Driron fournit un résultat digne de celui d'un pressing. Autre avantage : le fonctionnement nécessite un minimum d'efforts.

Plébiscité, dans le cadre des Trophées de la maison, par les consommateurs qui lui ont attribué une note de 8,85 sur 10, en décembre 2006, le Driron s'adresse principalement à deux cibles : les couples qui n'ont pas d'enfants et les familles vivant plutôt dans des grands appartements ou des maisons. De par sa taille, le Driron, qui a été construit pour une logique technique et industrielle sur un modèle de réfrigérateur, devrait difficilement trouver sa place dans les petits appartements parisiens. Même si, tient à souligner Julien Poiroux, « la surface au sol reste sur un format standard de 60 centimètres, identique à un sèche-linge ».

L'Espagne déjà conquise

Selon les premiers retours d'Espagne où le produit est disponible depuis septembre 2006, ni la taille ni le prix ne sont des obstacles au développement de cet appareil. « Avec un rythme de 1 000 à 1 200 ventes par mois, le Driron a connu un très bon démarrage commercial », confirme Julien Poiroux. Ces bons résultats ont conforté la société dans ses prévisions - en France, le Fagor-Brandt table sur un niveau de ventes quasi identique -, dans sa stratégie d'expansion internationale et dans sa politique d'innovation. « La prochaine étape sera la mise au point d'un appareil trois-en-un qui combine les fonctions lavage, séchage et repassage », promet Julien Poiroux.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter