Brandt offre un nouveau départ à Moulinex

Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

Après des mois de négociations, un accord de fusion semble proche entre Moulinex et Brandt. Une étape décisive dans la relance. La marque compte aussi sur une campagne de publicité.

De coups de théâtre en rebondissements, la fusion Brandt-Moulinex apparaît cette fois à portée de main. Alors que les discussions se poursuivent sur les parités de fusion, Luigi Nocivelli, président d'El.Fi propriétaire du groupe Brandt et de 26,5 % du capital de Moulinex, a déjà indiqué dans une unique interview accordée aux « Échos » que « Moulinex se verra apporter l'ensemble de la société El.Fi SA, c'est-à-dire le groupe Brandt et ses filiales à l'étranger ».

Le conseil d'administration du 18 septembre devrait entériner ce projet ainsi que la création d'un holding Moulinex, qui fusionnera les activités de Brandt et de Moulinex. L'opération devrait être officialisée à la mi-octobre. Candidat malheureux à une introduction à la Bourse de Paris, Brandt accédera ainsi au marché via Moulinex. Au lendemain de l'annonce d'une fusion imminente, le titre Moulinex a regagné 13,39 %, à 5,08 EUR (33,32 F), juste de quoi faire oublier son nouveau plancher historique 4,37 EUR (28,67 F) touché fin août.

Les investisseurs ne se satisferont pas seulement de la fusion. Malgré les déclarations rassurantes de Luigi Nocivelli, une restructuration industrielle apparaît inévitable. L'actionnaire de référence estime pouvoir maintenir une production de fours à micro-ondes de milieu et haut de gamme dans l'usine de Cormelles-le-Royal, en faisant jouer les synergies avec son propre site de production d'Aizenay en Vendée.

L'usine de Carpiquet, spécialisée dans les moteurs et les composants, devrait, elle aussi, être préservée puisque le nouveau patron s'oppose à l'externalisation de cette activité, telle que le prévoyait le plan Blayau. En revanche, l'avenir du site de Falaise spécialisé dans les aspirateurs n'a pas été évoqué, le regroupement de certaines lignes de production à Alençon non plus. Plusieurs débrayages ont déjà perturbé la production de cette usine, la semaine dernière. Dans l'incertitude depuis le mois de mars, les salariés de Moulinex devront être informés rapidement sur leur avenir.

Des gains de productivité à réaliser

Pour éviter que le doublement des pertes nettes de Moulinex de 817 M F (124,55 M EUR) et son niveau d'endettement de plus de un milliard de francs (150 M EUR) ne plombent trop le bilan du nouveau groupe, les dirigeants italiens seront contraints de réaliser d'importants gains de productivité. Et, contrairement à ce qu'indiquent les Transalpins, les synergies entre petit et gros électroménager restent encore à démontrer.

C'est plutôt dans la réorganisation et la relance des ventes Moulinex que se trouve le salut. Reste à savoir qui mènera cette étape décisive. Contraint par El.Fi de prolonger son mandat d'administrateur au-delà du 28 juillet 2000, Pierre Blayau devrait quitter le groupe juste avant la fusion. Alain Grimm-Hecker, le directeur général, pourrait le suivre ainsi que certains de ses fidèles. Moïc Toulemonde, PDG de Brandt, pourrait prendre la direction du nouvel ensemble, à moins que Luigi Nocivelli ne nomme l'un de ses hommes de confiance pour cette mission délicate.

Comme pour faire oublier ces dossiers épineux et redorer son image de marque, Moulinex revient cette semaine à la télévision avec une ambassadrice de luxe. Cindy Crawford a signé un contrat de deux ans pour représenter la marque à travers le monde. Cette campagne sans précédent quant aux moyens investis viendra appuyer, en cette rentrée, le lancement de nouveaux produits et marquer la première étape de la relance du groupe chahuté depuis plusieurs années.
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1689

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA