Bricolage - Jardinage

Bricorama présente son nouveau concept et ses nouvelles ambitions à Orgeval [photos]

|

Bricorama change tout: de concept, de logo et même de raison d'être: exit le simple vendeur d'articles de bricolage et d'équipement de la maison, place à un vendeur de solutions. A Orgeval, dans les Yvelines, le premier magasin aux nouvelles couleurs de l'enseigne vient d'ouvrir. Son leitmotiv? Donner à voir pour... donner envie. Le tout avec un objectif fort: passer ici de 14,5 millions d'euros de chiffre d'affaires à 23 millions d'euros. Ambitieux.

bricorama orgeval 2021

Près de quatre ans après avoir racheté Bricorama, et alors que les opérations de transfert vers des adhérents indépendants sont encore en cours, le groupement des Mousquetaires présente le nouveau concept de l’enseigne. C’est à Orgeval, dans les Yvelines, que cela se passe, avec un concept baptisé «NEC», pour nouvelle expérience client. Dans ce magasin de 9500 m² (extérieurs compris), plus qu’un nouveau concept, c’est un nouveau positionnement qui s’exprime. «Nous passons de vendeur de produits à vendeur de solutions », résume ainsi Laurent Pussat, le tout nouveau président d’ITM Equipement de la maison.

La part belle aux "projets"

Que l’on se rassure, l’un n’exclut évidemment pas l’autre, et l’on continue d’y trouver sa bonne vieille perceuse, ses vis et ses clous. Mais, pour autant, le cœur du concept fait désormais la part belle aux «projets». «Notre objectif, avec ce concept NEC, est d’inspirer, de guider et d’accompagner chacun de nos clients dans la réussite de leurs projets d’amélioration de l’habitat», explique Laurent Pussat. C’est que le profil des clients change, en même temps que changent, aussi, leurs manières de «consommer» du bricolage. Le «faire soi-même» est une attente forte et les commandes en ligne s’envolent. Par conséquent, ces mêmes clients attendent désormais autre chose de leur magasin préféré.

Un rôle nouveau pour le magasin

C’est ce à quoi s’attelle Bricorama, dans ce point de vente prototype d’Orgeval. Face à l’entrée, immanquable et qui aspire le chaland, se trouve la zone « QG ». Centre névralgique du magasin, on y est accueilli par un « guide », dûment badgé et aux couleurs de l’enseigne, chargé de répondre aux besoins de bases du client et de l’orienter vers les différents pôles « projets » existants. Des ordinateurs permettent l’accès à la conception 3D, tandis que des espaces showrooms donnent à voir, en situation, des salles-de-bains et des cuisines de différentes tailles et de différents modèles. C’est là, on l’aura deviné, la zone d’exposition et d’inspiration principale du point du vente.

Les espaces métiers s'articulent autour

De là, le regard épouse du nombreuses signalétiques, installées en hauteur, permettant de repérer les points projets ou points conseils distillés un peu partout dans le magasin. Les 74 collaborateurs du point de vente ne sont jamais loin, formés pour répondre aux clients et les accompagner dans leurs demandes. Tout autour, s’articulent enfin les espaces métiers, indiqués en grosses lettres argentées : l’outilleur, le quincaillier, le chauffagiste, le jardinier, l’électricien, le peintre, le menuisier, etc. Ici, comme les intitulés le laissent suggérer, on trouvera les références classiques. Chacune de ses zones est appelée à occuper un espace plus ou moins grand suivant les magasins où elles seront implantées, en fonction des zones de chalandises. Ici, à Orgeval, la décision a été de réduire la surface allouée à ces espaces métiers de 20%, environ, afin de mieux mettre en place et en valeur les showrooms. L’e-commerce est passé par là, en effet et, déjà, bon nombre des achats s’effectuent par ce biais. C’est vrai aujourd’hui, cela le sera encore davantage demain, c’est le sens de l’histoire. Des QR-codes à flasher, d’ailleurs, viennent apporter les compléments de gammes nécessaires en rayon, si besoin.

Du drive et du conseil

D’autres innovations, encore, sont à voir : on pense à l’atelier découpe, à l’espace décoration sur-mesure, à celui réservé à l’occasion, travaillé avec l’association Envie, ou encore à La Fabrique, cette zone où se dérouleront les différents cours et autres ateliers d’animation prévus. On pense, aussi, au drive installé à l’extérieur, fonctionnant suivant les mêmes modalités que pour les petits copains de l’alimentaire, ou à l’espace "LNF", pour «laissez-nous faire», se trouvant immédiatement à l’entrée du magasin.

On le voit, Bricorama, qui présente par la même occasion un nouveau logo, change d’ambitions. Il s’agit de s’adapter à un modèle de consommation nouveau. Le magasin, c’est une certitude, ne peut plus avoir pour postulat unique d’être un simple vendeur d’articles basiques. Il doit «donner à voir», comme on dit et, par extension, «donner envie». Bricorama y parvient plutôt très bien. Et, pour ITM Equipement de la maison, ce n’est que le début, puisqu’un nouveau concept est également attendu, pour la fin de l’année, pour Bricomarché. De même que l’on attend, aussi, l’ouverture de formats urbains revus et corrigés.

...et de grandes ambitions

Pour donner une idée des objectifs, très ambitieux, que les Mousquetaires se fixent avec ce nouveau concept, l’idée est, pour les magasins grands formats du réseau, de voir passer leur chiffre d’affaires au mètre de carré de 2100 euros en moyenne à… 3100 euros. Un petit +50% en somme, rien que ça... Ce sera même plus encore pour ce magasin d’Orgeval qui, lui, doit passer de 14,5 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel à 23 millions d’euros dans les deux ans.

Découvrez les premières images du magasin :

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter