Brocéliande s'invite à l'apéro avec sa gamme Bien Élevés

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

La marque de Cooperl commercialise trois produits de charcuterie prêts à l’emploi pour l’apéritif. Une nouvelle diversification pour sa gamme Bien Élevés, dans l’air du temps. LSA vous présente le lauréat de la catégorie Traiteur Produits Carnés des Trophées de l'Innovation 2017.

Brocéliande s’invite à l’apéro avec sa gamme Bien Elevés
Brocéliande s’invite à l’apéro avec sa gamme Bien Elevés

Les plus

  • Des produits dans l’air du temps puisque les porcs servant à l’élaboration de cette gamme sont garantis sans OGM ni antibiotiques après sevrage
  • La marque mise sur le moment propice de l’apéritif
  • Avec ce positionnement, elle vise une cible CSP +

Certes, les volumes sont loin de ceux de Herta, Fleury Michon ou Aoste, les mastodontes du rayon charcuterie. Il n’empêche, Cooperl – principal abatteur de porcs en France – a eu le nez fin avec sa gamme de produits Bien élevés. Dernière nouveauté en date, Brocéliande a élargi le portefeuille de cette marque et sorti, en octobre 2016, trois produits dédiés à l’apéritif, L’Apéro Bien Élevé, parmi lesquels deux références de rosette et une de chorizo. « À ce jour, notre croissance est forte. Jusque-là en phase de test chez Carrefour et Auchan notamment, nous allons nous implanter plus largement », assure Adrien Galivel, responsable marketing chez Cooperl.

Lancée en 2014, la marque Bien Élevés s’est rapidement fait remarquer. Sa spécificité ? Pour l’ensemble des produits, 350 éleveurs en contrat avec la coopérative Cooperl ont été sélectionnés. Ils garantissent des approvisionnements en porcs nourris sans OGM (< 0,9 %) et sans antibiotiques dès la fin du sevrage.

Une marque porteuse

La marque est arrivée en linéaires en septembre 2014 avec le produit phare du rayon : du jambon cuit. Le succès de la référence a donné lieu depuis à d’autres articles venus agrandir la marque, désormais présente dans les rayons charcuterie et boucherie, au LS et dans les rayons traditionnels. Des lardons, du pâté, du saucisson sec, des saucisses, des escalopes panées et de l’effiloché de porc sont en effet venus gonfler les rangs. « Cette marque est très porteuse. Elle s’inscrit dans l’air du temps, car c’est un achat qui fait sens. Nous véhiculons en effet les valeurs d’une consommation responsable », poursuit Adrien Galivel.

Pour la gamme apéritive, la contrainte ne réside pas seulement dans le cahier des charges délivré aux éleveurs. Du côté des usines, il a fallu trouver une solution pour mettre sur pied les idées de l’équipe marketing : proposer ces produits comme des pétales pour rendre ces tranches de charcuterie visuellement plus attractives. Et favoriser, au passage, l’achat d’impulsion. Pour ce faire, les produits sont mis en barquette – brevetée – … manuellement !

Tous ces impératifs rendent le produit plus cher à l’achat. Pourtant, les débuts sont bons. Certes, on est loin des grandes campagnes de communication, mais Brocéliande parie sur les réseaux sociaux et sa page internet pour soutenir ses lancements successifs. Le succès appelle forcément une suite. Et les idées sont nombreuses, glisse le responsable marketing. 

« Avec ce produit, on porte les valeurs d’une consommation responsable. La marque plaît, d’autres projets sont à l’étude pour élargir la gamme. » 
Adrien Galivel, responsable marketing chez Cooperl

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2486-2487

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Recevez chaque semaine l’essentiel de l’actualité des marchés, des distributeurs et des fournisseurs de produits alimentaires.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA