Brossard-Lenôtre baisse ses prix de 8 %

· La réduction de prix concerne la gamme d'entremets Lenôtre. · Trois lancements accompagnent ce repositionnement tarifaire.

Acompter du 1er février, l'ensemble de la gamme des entremets Brossard signés Lenôtre, vendus jusqu'à présent entre 50 et 70 F selon les recettes, bénéficiera d'un repositionnement tarifaire sans précédent. Pour chacune des références du catalogue Lenôtre-Brossard, la baisse - espérée - du prix de vente consommateur est comprise entre 7,05 et 8 %. Le Plaisir aux Noix, qui assure à lui seul près de 50 % des ventes de la gamme, devrait ainsi passer de 54,31 F à 49,95 F. Idem pour l'Invitation chocolat-vanille, qui sera vendu aux alentours de 57 F, contre 62 F en 1996.

Développer les volumes en GMS

Grâce à cette baisse de tarifs, le fabricant espère développer des volumes jugés insuffisants dans les GMS : sur 1 807 tonnes d'entremets surgelés commercialisés en 1996 (140 millions de francs de CA), les 476 tonnes de références haut de gamme ont généré un CA inférieur à 70 millions de francs.

Les lancements annoncés par Brossard en ce début d'année - trois au total, tous signés Lenôtre - s'alignent également sur les nouveaux tarifs. Les deux nouveaux entremets de 400 g - Plaisir au Chocolat et Trésor Chocolat intense - frôleront la barre des 50 F (49,95 F pour le premier ; 51,95 F pour le second).

Le troisième lancement (des macarons au chocolat proposés à 28,50 F les 12 unités) permet enfin au couple Lenôtre-Brossard de mettre un pied sur le segment des individuels, dont les volumes ont doublé en 1996 (37 millions de francs, + 111 % sur douze mois). Dernier axe retenu par Brossard pour dynamiser le marché en 1997 : le packaging. On suggère désormais le produit sur l'emballage plus qu'on le montre. La signature suffit ici à légitimer la promesse qualité. Sur le gâteau lui-même, l'apparition du véritable cachet de chocolat Lenôtre finalise la démarche.

Leader incontesté du marché des entremets surgelés avec 47 % en volume et 58 % en valeur (dont 39 % avec le catalogue Lenôtre), Brossard se devait de redonner un coup de pouce au linéaire. Pour au moins deux raisons. L'arrivée du concurrent Pilpa avec des entremets signés Fauchon ne pouvait rester sans réponse (LSA n° 1512). Enfin, Brossard, dont la maison mère Grand Met cherche à se séparer pour des motifs stratégiques (LSA n° 1503), montre à qui veut l'entendre que, pendant les travaux, les affaires continuent
Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 1523

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous