Bruno Vincent-Genod,encore un nouveau président pour Madrange

|

Un nouveau président, le cinquième en quelques mois, a été nommé par le groupe Madrange. Il s'agit de Bruno Vincent-Genod. Âgé de 51 ans, il a successivement travaillé comme acheteur chez Monoprix et chez Intermarché avant de rejoindre Bongrain, puis Entremont, en tant que directeur général commercial et marketing et, ensuite, le groupe Andros chez Novandie, filiale ultrafrais qu'il a dirigée pendant trois ans.

S'il n'est pas spécialiste du secteur de la charcuterie, il est, en revanche, habitué aux entreprises familiales. Et celle qu'il préside désormais traverse une période difficile, marquée par une ambiance délétère, notamment au niveau de l'encadrement. Ce qui avait valu à Jean Madrangeas, le fils de la présidente du conseil de surveillance et fondatrice de l'entreprise, d'être écarté de son poste de PDG, et a entraîné l'embauche, puis le licenciement de plusieurs directeurs généraux.

À peine arrivé, Bruno Vincent-Genod a d'ailleurs affirmé aux salariés vouloir apporter au groupe Madrange (1800 salariés; 400 M E de CA) « de la chaleur ajoutée ». Alors que la marque s'apprête à lancer une nouvelle campagne publicitaire - dans la presse féminine en mai, à la télévision cet automne -, le nouveau président devra aussi faire aboutir la vente, théoriquement d'ici à la fin de l'année, de Madrange, pour laquelle deux groupes sont pressentis : l'américain Smithfield Foods, qui détient Aoste, et le breton Cecab.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2039

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous