BUT prétend à nouveau aux premiers rôles

Ce pionnier du marché du meuble et de l'électrodomestique a perdu de sa superbe dans les années 90 et 2000. Mais depuis 2008, il est revenu dans la course.

L222907601_3Z.jpg
L222907601_3Z.jpg© PASCAL GUITTET/EMILIE ROUY/DR

Il s'agit d'une époque déjà lointaine pour la grande distribution. Au début des années 70, le marché du meuble était aux mains des indépendants et des artisans. Le design faisait son apparition dans les revues spécialisées, mais il restait le privilège d'une élite. Même si les lignes commençaient à bouger en Suède, où un certain Ingvar Kamprad faisait prospérer Ikea, alors inconnu en France. Est-ce que l'exemple du futur géant a inspiré André Venturini ? Quoi qu'il en soit, en 1972, ce commerçant en ameublement, installé au Havre, crée la société But International, avec l'aide de son fils Michel : une petite enseigne spécialisée dans la vente d'articles d'équipement de la maison.

- Tour de France Le succès rapide du concept permet une expansion soutenue, en dehors de sa région d'origine. But essaime un peu partout dans toutes les régions de France et compte 140 magasins après seulement dix ans d'existence, en 1982. Soit l'essentiel de son réseau.

Au cours des trente années suivantes, But a gagné un peu plus d'une soixantaine de points de vente. Entre-temps, André Venturini a flairé l'opportunité que représente le boum de l'électroménager. Il l'intégrera dans ses assortiments dès 1977.

- Appétit À partir de 1987, la période d'expansion prend fin avec l'arrivée au capital de Carrefour, qui prend 47 % du total. But acquiert une nouvelle dimension. Dès lors, l'enseigne ne cessera de susciter l'appétit des investisseurs.

En 1990, le groupe est coté à la Bourse de Paris et, trois ans plus tard, le groupe Carrefour revend sa participation.

Ensuite, en 1996, l'anglais Kingfisher se porte acquéreur de 20 % de l'enseigne. « Michel Venturini était intéressé par sa taille critique sur le marché de l'électroménager », explique Régis Schultz, directeur général de But depuis 2008.

Enfin, en 1999, Kingfisher se séparera de sa branche électrodomestique (Darty, Comet et But). Mais les synergies entre Darty et But ne seront pas si fructueuses.

À tel point que Kesa cède But en 2008 aux fonds d'investissement Goldman Sachs et Colony Capital, via leur structure commune DecoMeuble Partners.

- Modernisation Nommé directeur général, Régis Schultz modernise le groupe. Après des années de recul, But gagne à nouveau des parts de marché et dépasse la barre des 10 % en 2010.

Et ce n'est pas fini. Le groupe vient d'ouvrir à Paris son premier format de proximité. S'il réussit son pari, But pourra reprendre le chemin d'une vigoureuse expansion.

BUT EN DATES

  • 1972 André Venturini, commerçant en ameublement, crée la société de franchiseur But International.
  • 1977 Entrée de l'électroménager dans l'assortiment.
  • 1987 Carrefour prend 47% du capital et But devient sponsor de l'émission Le Juste Prix.
  • 1990 Le groupe est coté à la Bourse de Paris.
  • 1996 L'anglais Kingfisher se porte acquéreur de 20% de l'enseigne.
  • 1999 Vente par Kingfisher et rachat par Kesa Electricals.
  • 2007 Lancement du site but.fr. 2008 Rachat de But par DecoMeuble Partners (coentreprise de Goldman Sachs et de Colony Capital). Régis Schultz est nommé président de l'enseigne.
  • 2009 Nouveau slogan : « On s'y retrouve tous. »
  • 2011 70% du parc ont adopté le nouveau concept

 

EN CHIFFRES

1,8 Mrd € de chiffre d'affaires en 2011

+ 4,1% d'augmentation du CA

215 magasins

10% de part de marché

12 ans de sponsoring de l'émission télévisée Le Juste Prix, sur TF1

6 800 salariés

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2229

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Produits techniques, objets connectés, électroménager : chaque semaine, recevez l’essentiel de l’actualité de ces secteurs.

Ne plus voir ce message