C'est qui le patron ?, la marque de lait créée par les consommateurs

|

De la transparence, de la qualité et une juste rémunération aux producteurs laitiers... Tels sont les souhaits des consommateurs qui ont créé une nouvelle marque de lait : C'est qui le patron ? Les produits seront référencés à partir du mois d'octobre dans l'ensemble des magasins et drive Carrefour, ainsi que chez Carrefour Ooshop.

Les consommateurs ont créé une nouvelle marque de lait, qui sera commercialisée à partir d'octobre dans l'ensemble du parc Carrefour et Ooshop.
Les consommateurs ont créé une nouvelle marque de lait, qui sera commercialisée à partir d'octobre dans l'ensemble du parc Carrefour et Ooshop.

La parole est aux consommateurs. Pour savoir d'où vient leur lait, avoir un cahier des charges en cohérence avec leurs attentes, connaître les producteurs et sortir la filière laitière de la crise, 8 000 personnes ont décidé de lancer une marque de lait : C'est qui le patron ? Elles se sont exprimées sur la plateforme lamarqueduconsommateur.com, mise en place au mois d'août, à l'initiative de l'association anti-gaspillage alimentaire, Les Gueules Cassées. Le nouveau cahier des charges élaboré impose un lait sans OGM origine France, un pâturage entre 3 et 6 mois par an, des fourrages locaux, une rémunération qui permet aux producteurs laitiers de profiter de son temps libre... Les participants ont fixé le prix de la brique à 0,99 euro le litre contre 0,69 euro pour les produits traditionnels du marché, soit une rémunération finale de 390 euros les 1 000 litres de lait aux producteurs. « Les consommateurs ont inventé un concept inédit, basé sur la transparence. En dépensant entre 3 et 4 euros de plus par an, sur les 55 litres de lait consommés annuellement par habitants, les Français sont en train de sortir les producteurs laitiers d'une situation critique. Le consommateur a choisi de payer plus cher un produit mais il sait exactement à qui sera versé l'argent », se félicite Nicolas Chabanne, président des Gueules Cassées.

51 producteurs engagés

Cette démarche a immédiatement séduit l'enseigne de distribution Carrefour. Aujourd'hui, 51 producteurs laitiers, repartis dans la Bresse et de l'Ain y ont adhéré. « Ces éleveurs avaient le couteau sous la gorge. Ils étaient rémunérés 200 euros les 1 000 litres. Le cahier des charges adopté par les consommateurs collait avec leur méthode de production, donc l'aventure pouvait commencer », ajoute-t-il. Autre partenaire : la Laiterie Saint-Denis-de-l'Hotel, dans le Loiret, qui récupère et conditionne le lait avant de l'envoyer à l'ensemble des magasins et drive Carrefour ainsi que chez Carrefour Ooshop. L'opération va démarrer début octobre et Nicolas Chabanne table sur des volumes de 7 à 10 millions de litres pouvant aller jusqu'à 26 millions. « Nous souhaitons que cette démarche prenne de l'ampleur. Trois autres enseignes se sont rapprochées de nous et des marques comme Fleury Michon pourraient être intéressées », confie Nicolas Chabanne. Ainsi, on peut envisager que ce nouveau modèle puisse toucher d'autres secteurs de l'alimentaire comme la viande ou encore les œufs.

3 commentaires

Lepetit

20/10/2016 09h00 - Lepetit

Bonjour, je suis d'accord de payer ce lait plus cher . Mais j'ai entendu dire que ce lait était dégraissé complètement puis cette matière grasse était rajoutée pour avoir le taux exacte désiré et je ne suis absolument pas d'accord,ce n'est plus du lait naturel. Je veux du lait nature et non trafiqué . PS ; j'aimerais que vous donniez tous les traitements et le cheminement du producteur au consommateur

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

LEFEVRE

07/10/2016 09h25 - LEFEVRE

J'adhère complètement....!!!!!!!!!!! a nous de prendre nos pays en main puisque nos politiques ne font rien !!!!! je suis prète a en acheter, à quand la suite...........???? Bon courage à tous !

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

arcturus

17/10/2016 09h16 - arcturus

Moi aussi je vais acheter ce lait ! Cependant, je me permet une petite remarque : les producteurs étaient payés 200€ les 1000 litres et le seront 390. Soit ! Mais pour 19 centimes de plus au producteur, ce que je soutiens; Je paierai 30 centimes de plus le litre ! QUI empoche les 11 centimes manquant ? Des économiquement faibles sans doute ....

Signaler un abus

Email obligatoire

Email incorrect

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter