Marchés

Caméscopes : être numérique ne suffit plus Assortiment

Malgré un prix très élevé par rapport aux modèles analogiques, les caméscopes numériques connaissent un beau succès. L'heure est à la généralisation des cartes mémoire et à l'exploration de nouvelles voies.

A la fin de 1999, près d'un caméscope vendu sur trois était un numérique. Joli score pour des produits dont le prix moyen frisait encore les 10 000 F (1524 EUR), contre 3 000 à 4 000 F à peine pour les modèles analogiques. Un succès qui pousse les fabricants à élargir notablement une offre qui, l'an dernier encore, se divisait seulement entre modèles de poche et modèles classiques. Cette année, les gammes s'ouvrent, bien entendu, sur les modèles analogiques, que personne n'ose encore enterrer. Y sont essentiellement présents Canon, Hitachi, Panasonic, Samsung, Sharp, Sony et Thomson. Côté innovations, il faut cependant reconnaître que l'analogique brille peu.

Par comparaison, l'univers de la vidéo numérique paraît fourmillant de nouveautés grâce notamment au rôle moteur du leader Sony. Dernier cheval de bataille du géant japonais : le Memory Stick. Déclinée dans tous les produits possibles, la carte mémoire maison a investi les caméscopes en force. Sur quinze modèles numériques, dix intègrent un Memory Stick pour y stocker les photos. Et le DCR-PC3, version Memory Stick du petit PC2, réalise sept ventes sur dix face à son frère.

L'arbre Sony ne doit cependant pas cacher la forêt. Car l'intégration aux côtés de la cassette DV de cartes mémoire permettant de stocker les images fixes et, surtout, de les transférer vers un ordinateur, est en passe de devenir la norme chez tous les constructeurs. D'autres préfèrent explorer des voies plus audacieuses encore. Hitachi a présenté au dernier CeBIT ce qui devrait être la version définitive de son caméscope DVD (LSA n°1 640), baptisée DZ-MV100. Et Sharp présentait la deuxième génération de son « caméscope internet », le VN-EZ5. Un modèle sans cassette mais avec carte SmartMedia de 64 Mo, qui enregistre la vidéo au format de compression MPEG4.

Plus classique, le VL-PD6S du fabricant japonais opte pour l'écran LCD détachable et offre un mode Super Cat's Eyes - comparable au NightShot de Sony - qui permet de filmer dans l'obscurité. Souhaitons à Sharp d'éviter les mésaventures de son concurrent. Peu après le lancement, Sony avait dû retirer de la vente des filtres qui, combinés aux NightShot, permettaient, dit-on, de filmer à travers les vêtements. Une « option » qui, du coup, n'a jamais franchi les frontières du Japon.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter