Canicule : les centres commerciaux climatisés prêts pour les fréquentations coup de chaud

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

DossierMÉTÉO C’est un classique des mœurs intra-urbaines : en cas de pics de chaleur les populations se portent dans les lieux les mieux climatisés des villes, au premier rang desquels les centres commerciaux. Si aucun "plan canicule 2015" n’est encore lancé, les gestionnaires de centres commerciaux de coeur de ville s’attendent à des pics de fréquentation proportionnels à la montée de la température. Et surtout à la durée de l’épisode caniculaire. De plus cette météo "hyper estivale" pourrait favoriser les soldes des collections été.

Les malls des centres commerciaux « fermés », où la climatisation abaisse la température de plusieurs degrés par rapport à la chaleur extérieure, peuvent apparaître comme des havres de fraîcheur. Lors de la grande canicule de 2003 des consignes officielles télévisées les conseillaient même aux populations comme alternatives de repli face aux pics de chaleur intramuros (photo: place centrale du centre commercial la Part-Dieu à Lyon).
Les malls des centres commerciaux « fermés », où la climatisation abaisse la température de plusieurs degrés par rapport à la chaleur extérieure, peuvent apparaître comme des havres de fraîcheur. Lors de la grande canicule de 2003 des consignes officielles télévisées les conseillaient même aux populations comme alternatives de repli face aux pics de chaleur intramuros (photo: place centrale du centre commercial la Part-Dieu à Lyon).

Officiellement, aucun «plan canicule » n’est lancé parmi les gestionnaires de centres commerciaux. Pourtant tous les professionnels prévoient des flux de fréquentations corrélés avec la hauteur des températures, et surtout la durée du phénomène météorologique s’il devait s’installer. En attendant, «sans consignes particulières de notre part, ou des pouvoirs publics comme nous l’avions vu en 2003, les gens vont évidemment commencer de privilégier les lieux les plus ‘‘thermiquement confortables’’ pour faire leurs courses, à savoir nos centres climatisés, indique Jean-Michel Silberstein, délégué général du Conseil national des centres commerciaux. Ce qui peut nous donner une prime aux visites, par rapports aux circuits d’achats plus traditionnels, si la vague de chaleur persiste».

Centres commerciaux intra-muros

«Le phénomène est particulièrement manifeste pour les centres commerciaux de centre-ville, auxquels la population peu spontanément accéder à pied, confirme Véronique Margerie, directrice du centre commercial de la Part-Dieu à Lyon, ayant également dirigé Nice Etoile ou le Forum des Halles à Paris (groupe Unibail-Rodamco). C’est un peu moins vrai pour les centres de périphéries, plus excentrés, nécessitant l’automobile ou les transports en commun ». La place centrale de la Part-Dieu agrémentée de rafraîchissants jets d’eau devrait notamment voir affluer les familles avec enfants, mais aussi des personnes âgées, pour peu que le mercure confirme sa montée… Pour le moment, pas de mesures spéciales au centre de la Part-Dieu - où passent quelques 100 000 visiteurs par jour en semaine -. «Mais nous pourrions envisager de mettre des brumisateurs ou des bouteilles d’eau à disposition des clients, auprès des hôtesses et du personnel d’accueil, si le phénomène s’installait dans la durée » indique Véronique Margerie.

Actualités anxiogènes

Il faut, cependant, envisager ce début d’épisode météorologique en prenant en compte les actualités beaucoup plus dramatiques du dernier week-end. A savoir, les attentats d’Isère et de Tunisie du vendredi 26 juin 2015, qui pourrait installer un climat anxiogène, pour le coup très défavorable pour la fréquentation des lieux de rassemblement publics. «Même si nous n’avons pas, depuis, relevé de baisse de fréquentation massive dans nos sites. Comme si la population s’était habituée à ce contexte de risque permanent, avec le plan Vigipirate renforcé en janvier… » précise-t-on au CNCC.

Effet sur les soldes

Le commerce restant le commerce, il faut enfin se poser la question du « taux de transformation », autrement dit de l’appétit d’achats, de populations venues avant tout chercher… le frais. Même si les kiosques de boissons et marchands de glace redoublent de stocks à coup sur. En tous cas, la plupart des professionnels s’attendent à un effet positif de la canicule sur les soldes. Puisque la bonne météo pour les déstockages est celle cohérente avec la saison vendue : froid pour les vêtements d’hiver, chaud pour les affaires d’été ! La hausse du thermomètre devrait faire partir les textiles et petites pièces estivales comme des eskimos glacés !
 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez tous les quinze jours l’actualité des centres commerciaux et foncières, surfaces commerciales, artères commerçantes et centres-villes.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA