Marchés

Canicule : les premiers chiffres des effets sur les ventes

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

La période caniculaire qui vient de sévir en France a eu un fort impact sur la consommation des PGC. Une embellie bienvenue dans le contexte de morosité ambiante. Découvrez les chiffres détaillés des panélistes IRI et Nielsen.   

A qui a le plus profité la très belle météo de la semaine du 12 au 18 juin.
A qui a le plus profité la très belle météo de la semaine du 12 au 18 juin.

Merci la météo ! Alors que les PGC évoluent depuis plusieurs mois dans un contexte morose, la canicule qui a touché ces derniers jours la France a largement profité au secteur. Quelles catégories en ont le plus bénéficié ? Dans quelle ampleur ? Les réponses au travers des données des deux panélistes Nielsen et IRI.

Selon l'alerte hebdo LSA/Nielsen, le chiffre d'affaires des PGC-FLS affiche sur la période du 12 au 18 juin une croissance ultra-dynamique de 6,1 % en valeur et de 3,8 % en volumes unités. Les catégories météo-sensibles sont, comme à l'accoutumé, celles qui en ont le plus profité avec pour les glaces, un bond de 69,8 % en valeur et de 70,8 % en volumes unités. Les boissons sans alcools enregistrent elles une progression de près de 30 % en valeur comme en volume. Seuls les rayons surgelés salés et épicerie sucrée sont dans le rouge en valeur.

En cumul à date, les PGC gagnent + 0,2 point par rapport à la semaine précédente, souligne Nielsen, pour se fixer à + 1,2 % en valeur et + 0,1 % en volume.  

Les résultats de la semaine rayon par rayon 

      

De son côté, IRI a chiffré le gain de chiffre d'affaires à 90 millions d'euros sur la semaine du 12 au 18 juin par rapport à la même période de 2016, soit 7 fois plus vite que le début de l'année. Le chiffre d'affaires hebdomadaire des magasins étant sur un trend en moyenne de 13 millions d'euros par rapport à 2016, qui rappellons-le avait été très mauvaise sur le plan météo.

Dans le top des catégories qui en ont le plus bénéficié, on retrouve bien sûr les spécialistés glacées individuelles qui gagnent 15,3 millions d'euros. La plus forte progression revient aux produits solaires qui ont vu leurs ventes multiplier par trois.

Le bémol dans tout cela, rappelle IRI, "de nombreux magasins se sont retrouvés (ou sont désormais) en rupture de stock sur des produits très météo-sensibles. Un manque à gagner regrettable dans un contexte général de stabilité de la consommation où les opportunités de croissance sont rares".    

Le top des catégories en plus forte croissance 

 

 

 

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA