Cap 3000 : comment Altarea va propulser le centre commercial des 70's dans le 21e siècle

|
Twitter Facebook Linkedin Google + Email Imprimer

La foncière Altarea a présenté à Saint-Laurent-du-Var (06) l’ambitieux projet de métamorphose du centre Cap 3000 racheté il y a 4,5 ans au groupe Galeries Lafayette. La taille du plus ancien centre commercial de France construit il y a 45 ans en 1969, va être portée à 300 boutiques et 135 000 m² d’ici 2018. Avec une architecture qui s’amplifiera et s’arrondira en avançant ses terrasses vers la Méditerranée. Et l’adjonction d’une aile dédiée à l’offre premium.

Cap 3000, 45 ans après sa naissance, le
reconnecter avec deux vo
Cap 3000, 45 ans après sa naissance, le reconnecter avec deux vo

Alain Taravella, président-fondateur d’Altarea Cogedim a dévoilé le 6 novembre son vaste projet d’extension-rénovation du centre commercial Cap 3000, situé près de Nice. En présence de Joseph Ségura, maire de Saint-Laurent-du-Var, la commune de ce centre historique le plus ancien de France, ouvert le le 21 octobre 1969. D’Adolphe Colrat, préfet des Alpes-Maritimes, et de Christian Estrosi, député des Alpes-Maritimes et maire de Nice.

Vieux centre avec belle situation…

Ha ! Il les « fait » bien ses 45 ans, Cap 3000 ! Avec sa masse parallélépipédique posée au milieu de la marée de voitures de ses parkings en surface. Avec ses entrées à l’esthétique naïve, sous le gros logo rouge. Avec ses malls à plafond bas, ménageant pourtant de beaux espaces. Avec sa verrière à pavés de verre orange très seventies, qui avait tout de même le mérite de faire entrer – déjà – un peu de lumière naturelle à une époque où le ‘‘centre blockhaus’’ était l’utopie des architectes futuristes …  Pour autant le doyen des centres commerciaux est loin d’être un site cacochyme, tout acquis qu’il est à quelque trois ou quatre génération de clients ! Contrairement à un autre avatar de pire jus architectural, le premier Beaugrenelle sur dalle tombé en pleine désuétude au cœur de Paris.   
Le « bon vieux » Cap 3000… rayonne sur une zone de chalandise de plus de un million d’habitants, accueillant près de 10 millions de clients par an. Altarea Cogedim qui le détient à plus de 60% (en partenariat avec ABP et Crédit Agricole Assurances) lui attribue même un « potentiel unique ». Et se félicite d’une « success-story » de 45 ans. D’abord grâce à sa localisation. Proche de l’aéroport de Nice, baigné – enfin… bientôt baigné - par la mer Méditerranée, établi sur la rive droite du Var, il dispose d’une attractivité inégalable sur la Côte d’Azur. À seulement 5 minutes du centre-ville de la cinquième ville de France et du deuxième aéroport international de l’Hexagone. L’accessibilité est l’autre grand impératif de tout site visant haut. Cap 3000 se situe à l’intersection de l’autoroute A8, de l’ex-RN7 et de la route nationale 6202. Connecté aux réseaux de transports en commun (SNCF, ligne TER, bus, etc.). Autant d’avantages –qu’aimeraient avoir bien des centres nés d’hier – qui permettent à Cap 3000 d’annoncer un chiffre d’affaires de plus de 400 M€. «Un des meilleurs rendements au m² de France, supérieur à 10 000 €/m²/an ».

… recherche nouvelle jeunesse.

Alain Taravella ne va pas moins investir 400 millions d’euros dans une extension-rénovation qui fera passer Cap 3000 – du moins son architecture – des années 70 au XXIème siècle. Soit «30 à 40 % de plus que pour la conception d'un centre ex nihilo comme Qwartz à Villeneuve-la-Garenne, précise le patron d’Altarea. Si l’on consolide son prix d’achat, les premiers aménagements que nous avons opérés depuis 4 ans, et la présente extension, c’est une enveloppe de un milliard d'euros que nous consacrons ainsi à Cap 3000 ! ». D’ici 2018, le centre gagnant 50 000 m² jaugera 135 000 m² ; il doublera ses quelque 140 magasins pour en contenir 300 ; il augmentera la capacité de ses parkings de 2 800 à 4 800 places. À partir de 2017, il devrait accueillir 14 millions de visiteurs par an. Volet social non négligeable, l’extension-rénovation permettra à terme de créer 1 500 emplois, qui viendront s’ajouter aux 2 330 personnes actuellement employées dans le centre. «Cap 3000 illustre notre stratégie de développement sur des actifs commerciaux régionaux d’exception, résume le président d’Altarea-Cogedim. Ce centre répond à tous les fondements de notre métier : une localisation exceptionnelle et un ancrage local fort. Nous sommes heureux et fiers de contribuer au développement de la région et de lancer ce vaste programme afin de faire de Cap 3000, un centre commercial en front de mer de référence, unique en Europe. »

Se reconnecter avec sa ville et sa mer

Outre la volonté affirmée d’Alain Taravella, les « bons génies » de la métamorphose annoncée seront, pour l’architecture l’agence Groupe-6 ; pour le design intérieur l’agence Jouin Manku ; et pour le paysagisme Péna-Paysages. Leur travail : introduire de la courbe et de la fluidité dans les lignes droites de l’architecture seventies. Et surtout «reconnecter » Cap 3000 avec deux voisinages auxquels il tournait le dos. Une baie ouvrant sur les Alpes-Maritimes, le vieux centre «regardait » en effet au nord, côté montagne. Mais se distançait de la Méditerranée par une voie automobile existant encore aujourd’hui, qui deviendra piétonne. De même, l’édifice introverti ne communiquait nullement avec la ville de Saint-Laurent-du-Var. Le futur Cap 3000 dispose des autorisations définitives (CDAC/PC). Le site vise une certification BREEAM, niveau Excellent, dont les objectifs concernent la réduction des consommations d’énergie et l’impact carbone du centre. La première vague de travaux débutant en janvier-février 2015 s’achèvera début 2016. Et concernera essentiellement les parkings. Deux ans de travaux d'extension plus tard, le centre sera parachevé en 2018.

Tels les façonniers de Louis XIV

Louis XIV parlant de son projet d’extension de Versailles autour du pavillon de chasse de son père Louis XIII qu’il mettait un point d’honneur à conserver, disait «c’est comme si nous jetions un manteau neuf sur un vieil habit ». Les « reconcepteurs » de Cap 3000 feront un peu la même chose. Le centre prenant de l’espace sur l’aire des parkings et avançant vers la mer va en quelque sorte onduler dans ses nouvelles lignes. Mais aussi s’étager en présentant plein sud, sur la Méditerranée quatre niveaux de terrasses dédiées à la restauration. Le projet architectural s’inspire des méandres des lagunes que dessine le Var. Comme l’explique Mark Wilson, architecte concepteur et directeur exécutif du cabinet d’architecture Groupe-6, «le site exceptionnel de Cap 3000 nous a conduit à développer une architecture en harmonie, par ses formes douces et fluides et sa conception durable. Nous avons imaginé le nouveau site avec des formes ondulantes, tourné vers la mer et en continuité avec la ville, grâce à la promenade paysagère qui le prolonge ». À l’intérieur, l’agence Jouin Manku, «architecte designer internationalement reconnu revisitera les espaces de circulation, de services et de commerces, et les magnifiera pour améliorer le confort des clients ». Les plafonds ou anciennes verrières des malls du second étage seront démontés, rehaussés et remplacés par de plus vastes ouvertures pour faire entrer la lumière naturelle. Aux abords du centre, Michel Péna, paysagiste, «implantera différentes associations végétales, jouant avec la façade architecturale du nouveau Cap 3000 pour constituer un véritable paysage à l’échelle du site tout entier.

Faire disparaitre les voitures

Le nom des centres en dit toujours beaucoup sur l’éthique de leur époque. Savez-vous ce que signifie le 3000 de Cap 3000. Non pas une futuriste projection dans l’an 3000 des concepteurs des sixties. Mais… le nombre de places de parkings du centre à l’origine ! Hé oui, à une époque où l’automobile devenait accessible à l’ensemble des Français c’était un signe extérieur de modernité « d’asseoir » les centres dans des tapis de capots rutilant sous le soleil ! Le nouveau cap de Cap 3000 sera de faire disparaître les voitures. Du moins… à la vue ! Les 4 800 places de parking (contre 2 800 actuellement) seront totalement intégrées au centre. Avec 5 niveaux en silo au nord, constituant une avancée du site côté montagne. Ainsi que deux niveaux souterrains glissés à l’ouest sous l’aile premium. Et deux 2 niveaux au sud côté terrasses sur mer. Le seul budget parkings représente 80 M€.

Mail premium

Si Alain Taravella reste très discret sur une commercialisation qui ne sera pleinement révélée qu’en 2018, il trace quand même quelques perspectives sur l’offre du nouveau Cap 3000. Un nouveau mail premium – logé dans l’épaisseur neuve en courbe - à l’ouest du centre accueillera les enseignes haut de gamme. «Des marques internationales, mode et tendance, inédites ou peu présentes, en France, viendront installer leur ‘‘concept store’’ et renforcer ainsi le positionnement ‘‘fashion’’ et ‘’lifestyle’’ du centre. Pour satisfaire les clients et les visiteurs, une large gamme de services fera son apparition tels que parkings premium, conciergerie, personal shopper… ». Enseignes mass-market passez votre chemin ! «Pas de place pour ce type d’offre trop consommatrices de surfaces ». Hypers de toutes enseignes ne rêvez pas ! Tel son alter-ego Parly 2 (de 15 jours son cadet) auquel il aime se référer, Cap 3000 témoigne d’une logique d’une autre époque en intégrant un grand magasin comme locomotive, et non pas une grande surface alimentaire. Et quelle locomotive : les Galeries Lafayette et Lafayette Gourmet sur 35 000 m² ! Ces mêmes galeries «mères » du centre. Puisque le site originel fût conçu et réalisé par les Nouvelles Galeries avec le concours de la Sogebail et de la Sofinabail, filiales de la Société Générale. Altarea ayant racheté l’ensemble à l’actuel groupe Galeries Lafayette, en 2010.
 

Un nouveau Cap 3000 qui découvre la ligne courbe

Un centre reconnecté avec la Méditerrannée

Des terrasses exposées plein sud

Réagir

Pseudo obligatoire

Email obligatoire

Email incorrect

Commentaire obligatoire

Captcha obligatoire

Carnet des décideurs

Anne-Estelle Assogba

Anne-Estelle Assogba

Directrice artistique digitale de Galeries Lafayette

Thierry Bart

Thierry Bart

Directeur général des opérations d'Eataly Paris, groupe Galeries Lafayette

Patricia  Moulin Lemoine

Patricia Moulin Lemoine

Présidente du conseil de surveillance du groupe Galeries Lafayette

Julien Rossignol

Directeur des projets omnichannel de Galeries Lafayette

Arthur  Lemoine

Arthur Lemoine

Directeur général des activités horlogère du groupe Galeries Lafayette

Céline  Levacher

Céline Levacher

Directrice du contrôle de gestion du groupe Galeries Lafayette

Zeynep  Alsan

Zeynep Alsan

Directrice adjointe de la transformation de la branche grands magasins des Galeries Lafayette

Nicolas  Retailleau

Nicolas Retailleau

Directeur administratif et financier et membre du comité exécutif du groupe Galeries Lafayette

Ludovic  Castillo

Ludovic Castillo

Président du directoire d'Altarea Commerce

Michel Masson

Michel Masson

Directeur des systèmes d'information des Galeries Lafayette

Marie-Hélène Plainfossé

Marie-Hélène Plainfossé

Directrice des talents du groupe Galeries Lafayette

Isabelle Vaisques

Isabelle Vaisques

Directrice marketing clients du groupe Galeries Lafayette

Jean-Marie Rouèche

Jean-Marie Rouèche

Directeur architecture, technique et travaux du groupe Galeries Lafayette

Matthieu Caloni

Matthieu Caloni

Directeur de la stratégie du groupe Galeries Lafayette

Cyril Louis

Cyril Louis

Directeur commercial de la branche Horlogerie des Galeries Lafayette

Laëtitia Ivanez

Laëtitia Ivanez

Directrice artistique des collections prêt-à-porter féminin des Galeries Lafayette

Caroline Delorme

Directrice omni-canal du groupe Galeries Lafayette

Christophe Cadic

Christophe Cadic

Directeur du développement eCommerce des Galeries Lafayette

Anne Broches

Anne Broches

Directrice générale organisation, transformation et fonctions centrales d’Altarea Cogedim

Thibault Lauprêtre

Thibault Lauprêtre

Directeur général des Projets Transverses d’Altarea Cogedim

Nathalie Bardin

Nathalie Bardin

Directrice des relations institutionnelles, de la communication et de la prospective du […]

Vincent Sénécat

Vincent Sénécat

Directeur des Galeries Lafayette Berlin

Paul Burke

Paul Burke

Directeur général de Galeries Lafayette Chine

Philippe Houzé

Philippe Houzé

Président du directoire du groupe Galeries Lafayette

Daphné de Jenlis

Daphné de Jenlis

Directrice générale de la branche horlogerie du groupe Galeries Lafayette

Christophe Cann

Christophe Cann

Directeur général adjoint des Galeries Lafayette

Edoardo Manitto

Vice-président de Lafayette Innovation au sein du groupe Galeries Lafayette

Alexandra Van Weddingen

Alexandra Van Weddingen

Directrice de la communication corporate du groupe Galeries Lafayette

Frédérique Chemaly

Frédérique Chemaly

Directrice des ressources humaines de la branche grands magasins des Galeries Lafayette

Guillaume Houzé

Guillaume Houzé

Directeur de l’image et de la communication du groupe Galeries Lafayette

Alain Taravella

Alain Taravella

Co-fondateur et président-directeur général d'Altarea Cogedim

Élisabeth Cazorla

Élisabeth Cazorla

Directrice de la division marques propres des Galeries Lafayette

Ginette Moulin

Ginette Moulin

Propriétaire et présidente du conseil de surveillance des Galeries Lafayette

Franck Zayan

Franck Zayan

Directeur e-commerce du groupe Condé Nast et cofondateur de Sarenza

Eric Faye

Eric Faye

Directeur général de la branche horlogerie du Groupe Galeries Lafayette

Nicolas Houzé

Nicolas Houzé

Directeur général de la branche «grands magasins» du groupe Galeries Lafayette

Agnès Vigneron

Agnès Vigneron

Directrice des Galeries Lafayette Paris-Haussmann

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

X

Recevez tous les quinze jours l’actualité des centres commerciaux et foncières, surfaces commerciales, artères commerçantes et centres-villes.

Ne plus voir ce message
 
Suivre LSA Suivre LSA sur facebook Suivre LSA sur Linked In Suivre LSA sur twitter RSS LSA