Cap 3000, un bain de jouvence pour le doyen des centres

|

Le prototype du « centre de vie » dont se réclament tous les promoteurs, presque un demi-siècle après son ouverture, va retrouver une nouvelle jeunesse.

Cap 3000vintage .jpg
Cap 3000vintage .jpg© DR

Cap 3000 est un « centre de vie où, dans une agréable ambiance, le rêve et la détente se mêlent aux nécessités de la vie de tous les jours ». Le style à part, on ne saurait mieux dépeindre un centre commercial contemporain. Cela est pourtant tiré de la brochure annonçant l’ouverture du site, le 21 octobre 1969, à Saint-Laurent-du-Var (Alpes-Maritimes) ! Quinze jours avant Parly 2, ouvert le 4 novembre 1969, au Chesnay (Yvelines), ce qui fait de Cap 3000 le doyen de nos centres. Son nom étant tiré d’une abréviation portée sur les plans d’architectes pour « capacité 3000 », celle de ses places de parkings !

C’est par caravelles spéciales que le gotha du commerce était alors venu découvrir ce prototype inédit, inspiré des modèles américains, conçu par le groupe Nouvelles Galeries. Jean Demogé, son PDG, en aurait eu l’idée en découvrant d’avion la rive inoccupée du Var si près de l’aéroport de Nice ! On imagine l’ébahissement des visiteurs découvrant ce centre sur deux niveaux avec son libre-service Super 3000, sa jardinerie Garden Center, son centre automobile avec station essence. Sans compter 12 300 m² de Nouvelles Galeries à « l’avant-garde » [sic] de la mode. Ainsi qu’un drugstore au plafond doté de hublots pour voir les nageurs de la piscine chauffée en terrasse ! « Ces pionniers avaient intégré d’emblée les compo­santes de nos centres de shopping et de loisirs actuels, où l’on peut passer sa journée », salue Éric Costa, président de Citynove, la foncière du groupe Galeries Lafayette, devenue propriétaire en intégrant les Nouvelles Galeries.

Du parallélépipède au galet

Mais les années passant, le modèle « grande boîte fermée avec parking autour » devait vieillir. D’autant que les surfaces de loisirs moins rentables avaient progressivement fondu au profit d’espaces plus générateurs de chiffre. Des vagues d’extensions s’étaient suivies en fin des décennies 70, 80 et 90. Et les Galeries Lafayette arbitrant leur patrimoine sur leur cœur de métier cédaient Cap 3000 à un trio de repreneurs, dont la foncière Altarea en 2010. Non sans avoir protégé le centre d’un risque très actuel, « en le mettant à l’abri de toute inondation par l’édification d’une digue à partir de 2007 », précise Éric Costa.

Et demain ? « Nous allons faire passer Cap 3000 du “tout sous le même toit” parallélipédique, au galet baigné de lumière et de Méditerranée », résume poétiquement Gilles Boissonnet, président du directoire d’Altarea Commerce. La foncière mène en effet un vaste projet de rénovation qui, à la faveur d’extensions, habillera l’ensemble d’une architecture en courbes. Qui fera disparaître ses parkings en silos ou sous-sols. Et qui « reconnectera » surtout le doyen avec sa mer, en étageant des terrasses plein sud vers la plage. Pour faire de Cap 3000, à l’aube de son demi-siècle, en 2018, un « centre de vie » plus que jamais contemporain.  

En dates

  • 1969 : ouverture du centre par les Nouvelles Galeries.
  • Mai 2010 : rachat du centre par Altarea, ABP et Predica.
  • Début 2015 : début des grands travaux.
  • 2018 : finalisation prévue de l’extension.

Les chiffres

  • 135 000 m² et 300 boutiques à terme (85 000 m2 aujourd’hui)
  • Plus de 400 M€ d’investissement dans la rénovation
  • 10 à 14 millions de visiteurs/an supplémentaires attendus

Sources : Groupe Galeries Lafayette, Altarea Cogedim

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2387

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous

X

Recevez tous les quinze jours l’actualité des centres commerciaux et foncières, surfaces commerciales, artères commerçantes et centres-villes.

Ne plus voir ce message