Carambar, Krema, Poulain... redeviendront-ils français ?

|

Le fonds d’investissement français Eurazeo pourrait être le futur repreneur de Carambar. Mais aussi des marques locales Krema ou Poulain dont l’Américain Mondelez souhaite se défaire.

Mondelez

Carambar pourrait redevenir français. La société d’investissement française Eurazeo a annoncé être entrée en négociation exclusive avec Mondelez pour racheter ses marques de confiserie aux côtés de deux coactionnaires Pierre Le Tanneur, ancien PDG de Spotless (Eau Ecarlate, K2r, Catch, etc.), et Patrick Mispolet, ex-PDG d’Orangina-Schweppes France. Parmi elles, outre le caramel en barre célèbre pour ses blagues, les bonbons Krema, La Pie qui chante, les pastilles Vichy et les licences Malabar. L’activité chocolat serait aussi concernée avec le célèbre Poulain ainsi que les rochers Suchard. Selon les Échos, ces marques seraient valorisées autour de 250 M€.

Un prétendant inattendu

La vente de l’activité confiserie de Mondelez, composée essentiellement de petites marques locales, était depuis plusieurs mois sur la table, Mondelez cherchant à resserrer ses coûts et à se recentrer sur un portefeuille plus court de marques mondialisées. C’est la banque Lazard qui a organisé le processus de vente où auraient candidaté des fonds comme PAI et le groupe allemand Katjes –propriétaire de la marque Lutti–, qui faisait jusque-là figure de favori. Lors d’une interview accordée en janvier dernier à LSA, Sébastien Bergue, PDG de Lutti, avait déclaré que le rachat de Carambar par Lutti et son actionnariat familial ferait sens. Pour compléter son offre et renforcer sa position concurrentielle sur un marché français de la confiserie encore très morcellé.

C’est donc une autre option qui semble se dessiner même si la partie n’est pas encore jouée. « C’est la surprise de la semaine, lance Yves Marin, consultant senior chez Kurt Salmon. C’est un nouveau prétendant qui se déclare sur ce marché de la confiserie de sucre aussi attractif que résilient. Eurazeo n’était pas le candidat escompté d’autant qu’il n’a pas de politique lisible dans l’agroalimentaire. Il peut s’agir pour lui d’une simple opportunité comme d’un mouvement de fond vers les produits de grande consommation ou le food. »

Retour vers l’alimentaire ?

Si la transaction se faisait, Eurazeo signerait un retour dans l’alimentaire. Il était rentré, dans le capital de Danone (1987), alors propriétaire de Carambar, La Pie qui Chante et des chocolats Poulain, qu’il avait rachetés en 1980 avant de le revendre à Cadbury (1998). Eurazeo était sorti du capital de Danone en 2013 après avoir accompagné les changements opérés par Antoine et Franck Riboud passant de 5,7 Mrds € à près de 20 Mrds € en vingt ans.

Carambar, créé par Delespaul en 1954, reste un acteur de premier plan dans la confiserie. Sa volonté de percer sur le segment des gélifés –la moitié du marché des bonbons en sachet – , avec sa plate-forme Very Bad Kids lancée en juin 2015, n’a pas vraiment convaincu. Les autres marques ont été délaissées.

Dans le chocolat, Poulain a perdu des parts de marché ces dernières années. Aujourd’hui, il n’est présent que sur le chocolat noir. Le marché du cacao en poudre (Super Poulain et Grand Arôme) est, lui, en déclin depuis trois ans. « Aujourd’hui, il y a la volonté de réveiller de belles endormies, à l’instar de Cadum, reprend Yves Marin. Krema, Poulain ou Suchard sont des pépites qui pourraient être revitalisées à horizon de trois ans.»

Les marques visées

Estimée à 250 millions d’euros, la division confiserie comprend notamment les marques Carambar, les licences Malabar, Krema, Vichy, La Pie qui Chante, les chocolats Poulain, les rochers Suchard et la marque anglaise Terry’s.

Ce qu’on peut en faire

Valoriser ces endormies en les remettant au goût du jour et en capitalisant sur leur forte notoriété locale. Mettre les moyens pour aider le développement à l’international.

Testez LeMoniteur.fr en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Toutes les actus de la consommation et de la distribution

je m’inscris à la newsletter

Article extrait
du magazine N° 2407

Couverture magasine

Tous les jeudis, l'information de référence de la grande consommation Contactez la rédaction Abonnez-vous